Djokovic et la fin du cyborg
Photo Panoramic

Djokovic et la fin du cyborg

L'année 2016 a marqué à la fois l'apogée de la carrière du serbe Novak Djokovic et la fin de son hégémonie. Ainsi, on peut penser que l'âge d'or de sa carrière, sa domination totale sur le circuit est maintenant terminé et le serbe doit à présent trouver de nouvelles raisons de gagner.

2016, une année charnière

Juin 2016, Roland-Garros. Novak Djokovic est alors au sommet de la planète tennis, intouché et intouchable. Il vient de remporter son douzième trophée du Grand Chelem et le seul manquant à son palmarès et marque ainsi un peu plus l’histoire du tennis de son empreinte. Détenteur des quatre titres principaux, vainqueur de cinq Grand Chelems sur six depuis 2015, le double de points d’avance sur son plus proche poursuivant, le malchanceux Andy Murray, etc. Le Djoker est au sommet de sa carrière et personne ne semble pouvoir le faire chuter de son piédestal. Le corps du magicien de Bâle semble ne plus pouvoir suivre le rythme, le guerrier de Manacor est assailli de doutes, Andy Murray n’arrive pas à rééditer ses victoires de 2012 et 2013 (US Open et Wimbledon) et enfin la jeune garde est encore trop tendre pour rivaliser avec le serbe.

Cependant, six mois plus tard, le bilan s’est considérablement assombri. Les accomplissements sont toujours dans les mémoires mais l’avenir doré n’a jamais vu le jour, prenant même de plus en plus l’allure d’un cauchemar. Tout n’est pas à jeter dans cette deuxième moitié de 2016, et beaucoup de joueurs auraient été, ont été battus comme lui par un Del Potro en feu. De même, ses deux défaites en finale contre Wawrinka et Murray (US Open et Masters) n’ont rien de déshonorant. Mais le doute est là, il n’est plus n°1, il a chuté à Wimbledon dès le 3ème tour, l’impression n’est plus la même.

Janvier 2017, Open d’Australie. Novak Djokovic est sorti au 2ème tour par Denis Istomin (117ème mondial) en 5 manches. Comment cette chute est-elle possible une semaine après avoir battu, avec la manière, le n°1 mondial Andy Murray ? Comment ce monstre de régularité qu’est le Djoker a-t-il pu s’incliner en première semaine de deux de ses trois derniers Grands Chelems disputés (Wimbledon et Open d’Australie) ? Incontestablement, quelque chose a changé.

La fin de l’âge d’or ou la nécessité de se réinventer

On peut dire que les grands champions connaissent souvent un âge d’or dans leur carrière, cette période où tout semble pouvoir vous réussir, où même les échecs sont des avancées, où le match est gagné avant même d’entrer sur le court. Roger Federer a connu sa période dorée de 2004 à 2007, Rafael Nadal de 2008 à 2011 et Novak Djokovic à son tour (2011-2016). Cela ne veut pas dire que la carrière de ses joueurs a sombré dans le néant une fois cet âge d’or terminé, simplement que la domination quasi-hégémonique n’était plus là. Et aujourd’hui, on peut raisonnablement penser que l’hégémonie du Djoker s’est achevé. Oui, il gagnera toujours des grands matchs, des grands tournois également. Mais le cyborg capable de gagner 41 matchs à la suite (2011), capable de terminer une saison entière avec seulement six défaites pour quatre-vingt-deux victoires (2015, 93% de victoires) ne sera plus là. Ce refus viscéral de la défaite et la rage de vaincre à tout prix qui animait le serbe et faisait sa force en le transformant en bloc de concentration, en le rendant injouable dans les points clés ne sera plus là. Le match contre Denis Istomin a été très parlant sur ce point tant l’absence de révolte de la part de Nole a été frappante. Si l’on écoute ses déclarations d’après-match, son adversaire était dans un bon jour, pas lui et c’est tout. Vraiment ? Comment expliquer cette résignation alors qu’il a construit s carrière sur sa capacité à ne jamais perdre ses matchs même quand il ne sentait pas la balle, en se battant sur chaque point, sur chaque balle ? Comment expliquer cette résignation alors que la victoire a été le moteur de sa carrière ? Parce que le moteur ne tourne plus ? En effet, à quoi bon continuer à chercher la victoire à tout prix quand on a tout gagné… L’âge d’or de Federer s’est terminé parce que ce dernier ne pouvait plus tout gagner, celui de Nole parce qu’il n’a plus la volonté de tout gagner. On peut d’ailleurs ajouter que vu sous cet aspect, l’émergence de Pepe Imaz dans le staff de Novak est significative comme si le serbe avait besoin de paix après tant d’années de guerre permanentes sur le court.

Aujourd’hui, le serbe doit se trouver un nouveau moteur ou mettre de nouvelles pièces dans l’ancien s’il veut à nouveau tutoyer les sommets. Mais qu’il se rassure, les grands champions ne meurent jamais et il n’est pas le seul à avoir dû faire ce choix. Federer puise dans sa passion pour le tennis et dans le plaisir qu’il prend sur le court pour prolonger sa carrière tandis que Nadal, miné par les blessures, est animé par un perpétuel dépassement de soi, semblant devoir repartir de zéro tous les ans dans une reconquête permanente contre ses doutes, contre lui-même.

 

Quel sera le nouveau moteur de Novak Djokovic maintenant que le poids du cyborg est devenu trop lourd à porter, c’est ce que nous dira l’avenir.

  1. avatar
    3 février 2017 a 13 h 55 min
    Par Guga57

    Djokovic est loin d’être fini… Et son 1er objectif sera assurément de conserver le dernier GC dont il est encore le tenant, à savoir Roland ! Un Roland-Garros à venir qui s’annonce d’ailleurs extrêmement palpitant avec pas moins de 4 énormes favoris : Djokovic, Nadal, Murray et Wawrinka, et de gros outsiders en pagaille : Thiem, Nishikori, Del Potro, Zverev (pour ne citer qu’eux).

  2. avatar
    3 février 2017 a 15 h 50 min

    Djokovic n’est pas fini …
    Il a tout gagné et realize le plus colossal exploit jamais vu depuis 1969 en tennis.

    Mais il lui reste des challenges :
    - gagner en 2020 aux Jeux Olympiques de Tokyo (il aura 33 ans)
    - gagner à Cincinnati pour completer le puzzle des Masters 1000, sachant qu’il manqué aussi Bercy à Nadal et Rome / Monte Carlo à Federer
    - dépasser Federer au nombre de semaines comme ATP 1 (302 contre 223)
    - dépasser Sampras, Nadal puis Federer au nombre de GC gagnés
    - realiser le mythique double RG / Wimbledon que seuls Laver, Borg, Nadal et Federer ont réussi dans l’ere Open
    - gagner un 2e RG pour rejoinder Laver et Emerson dans le club très fermé des joueurs qui ont gagné 2 fois au moins les 4 GC (club que Nadal aurait pu rejoinder en gagnant à Melbourne)
    - rejoinder puis dépasser Federer au nombre de Masters Cup gagnées (6 contre 5)
    - rejoindre et dépasser Connors et Federer (5) puis Sampras (6) au nombre de saisons fineis comme ATP 1 (4 pour le Serbe)

    et plus globalement, montrer son mental de champion, car excepté en 2013 avec le retour fulgurant de Nadal, Djokovic n’a jamais eu de rival à sa mesure.

    En 2011 meme Nadal est écrasé
    En 2012 Nadal se blesse à Wimbledon, Federer se loupe à l’US Open et ne peut lui disputer la place de numéro 1.
    En 2014 Murray est blessé au dos, Federer se loupe à RG
    En 2015 Nadal traverse la saison comme un fantôme, Murray revient progressivement et Federer ne vise que les GC

  3. avatar
    3 février 2017 a 21 h 25 min

    Merci pour l’article, je suis totalement en accord.
    Naturellement, il n’est pas fini, mais à l’aube de la trentaine il ne pourra pas remporter de nombreux GC chaque année. Mais je ne le vois pas remporter de GC cette année.

    En terme de records, si Nadal a raté l’occasion de doubler tous les GC, Federer a quant à lui quintuplé 3 des 4 GC ! Forcément c’est un exploit unique car aucun autre rival n’a remporté plus de 14 GC…

  4. avatar
    3 février 2017 a 22 h 36 min

    Bonsoir et merci pour vos commentaires !

    @Guga et Axel

    Evidemment Djokovic n’est pas fini, comme je le dis dans l’article, il gagnera encore des grands matchs et des grands tournois, redeviendra même n°1 mondial un temps. Mon propos, discutable évidemment, était de dire qu’il ne sera plus aussi dominant qu’avant et qu’on ne verra plus ses séries de 40 victoires d’affilée, etc.

    Mon sentiment est que Novak est émoussé, capable de remettre le coup de booster contre les gros (Murray à Doha) mais désormais plus prenable pour des joueurs “moyens”. Mais je peux me tromper bien sûr, c’est ce qui fait la beauté du sport.

    Et oui, je pense que le fait de ne pas avoir eu de vrai rival sur la durée pèse sur son bilan mais aussi sur sa motivation

  5. avatar
    4 février 2017 a 4 h 15 min
    Par Nicolas

    en même temps quand tu gagne tout dans ton sport difficile de se motiver et à force on commence sans doute à en avoir marre.

    Novak Djokovic a une moyenne d feu depuis 2011 année ou le serbe a écrasé la compétition et de ce point de vue la il est au dessus de federer et de Nadal. Il faut dire aussi qu’il a des soucis personnels et cela joue aussi.

    Moi je me soucie plus de la relève que de Djokovic car les futurs du tennis ce sont eux

  6. avatar
    8 février 2017 a 12 h 24 min
    Par Mimi

    Tant mieux, et qu’on ne le revois plus ce bourrin de fond de court!

  7. avatar
    11 février 2017 a 8 h 20 min

    “ce bourrin de fond de court” …

    Comme si un bourrin pouvait faire le GC à cheval sur 2 saisons …

  8. avatar
    12 février 2017 a 4 h 21 min
    Par Nicolas

    Laisse tomber Axel, le genre de personnes qui n’y connaît ceudal en matière de Tennis,

  9. avatar
    16 février 2017 a 20 h 39 min
    Par Giaccomi

    C’est quand même dingue la différence de traitement que l’on réserve aux joueurs. Je m’inclus dans le lot, évidemment, mais je ne me l’explique pas très bien…

    A ma connaissance, lorsque Federer dans ses très grandes années gagnait absolument tout, personne ne criait à la dictature ou parlait de lui comme d’un cyborg. C’est vrai que Nadal l’a rendu très vite humain, en lui barrant la porte du GC pendant de longuuuues années à RG, mais tout de même…

    Ceux qui enterrent Djoko, et qui avaient déjà enterré Fed (vers 2008, par là) et Nadal, gagneraient à un peu plus de modestie. Ces types, à l’évidence, sont non seulement des joueurs incroyables, mais ils sont dotés d’un ego tellement délirant, de “cojones” tellement énormes que je me demande souvent comme elles tiennent dans leurs slibards…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter