Ivan Lendl, Andre Agassi, Andy Murray : le syndrome de la poule mouillée
Photo Panoramic

Ivan Lendl, Andre Agassi, Andy Murray : le syndrome de la poule mouillée

16 janvier 1981, New York City, Madison Square Garden. Dans le troisième match du groupe 2 de la Masters Cup de l’ATP, Jimmy Connors et Ivan Lendl s’affrontent pour la première place, celle qui fera affronter à son futur titulaire un certain épouvantail venu de Suède, Bjorn Borg. Vaincu en deux sets par Jimbo (7-6, 6-1), Lendl se fait traiter de poule mouillée par l’Américain, viscéralement attaché à l’idée que le Tchécoslovaque a balancé le match pour éviter l’ogre scandinave en demi-finale … Jusqu’au dimanche 10 juin 1984 et sa première victoire en Grand Chelem sur l’ocre parisien de Roland-Garros, ce maudit surnom lui collera à la peau tel le sparadrap du capitaine Haddock.

En janvier 1981, le tournoi des maîtres de la saison 1980 (alias Volvo Masters à l’époque) commence par la double défaite inattendue des deux favoris Björn Borg et John McEnroe, laminés comme de vulgaires fétus de paille, respectivement par Gene Mayer (6-0, 6-3) et José Luis Clerc (6-3, 6-0). C’est à cette occasion que Jimmy Connors traite Ivan Lendl de poule mouillée, l’accusant d’avoir balancé leur rencontre lors du dernier match de poule, dans le but de finir deuxième et ne pas affronter Björn Borg en demi-finale. Aux yeux de l’Américain, Lendl avait franchi le Rubicon, et Connors lui jette publiquement l’opprobre, lui qui avait dans son ADN, comme Hewitt ou Nadal bien plus tard, le refus viscéral de la défaite pour seule tactique. La tactique s’avéra payante puisque Lendl alla en finale tandis que Connors échoua en demi contre Borg. Ce surnom resta affublé à Ivan Lendl jusqu’à sa première victoire en Grand Chelem en 1984, à Roland-Garros.

Car si l’on excepte une victoire en Masters Cup 1982 (en janvier 1983 respectivement), le Tchécoslovaque va enchaîner les finales perdues en Grand Chelem, pérennisant un statut de loser à effet boomerang, puisqu’on lui rabâchera les oreilles avec le cruel surnom de poule mouillée donné par Jimbo :

-  Finale perdue à Roland-Garros en 1981 contre Bjorn Borg

-  Finale perdue à l’US Open 1982 contre Jimmy Connors

-  Finale perdue à l’US Open 1983 contre Jimmy Connors

-  Finale perdue à l’Open d’Australie 1983 contre Mats Wilander

C’est le dimanche 10 juin 1984 qu’Ivan Lendl devient enfin un champion, à presque 24 ans en finale de Roland-Garros. En face, John McEnroe, virtuose du tennis offensif, marche sur l’eau en cette saison 1984, à la façon du bulldozer Djokovic en 2015 : un véritable OVNI que personne ne peut arrêter. Mais comme le Serbe, bien qu’intouchable sur la saison entière et plébiscité meilleur joueur du monde sans aucune contestation possible, Big Mac voit la belle mécanique s’enrayer à une marche du sacre Porte d’Auteuil. Il continue de tutoyer la perfection pendant deux sets et demi,  6-3, 6-2, 4-1, balle de double break. Mais McEnroe rate l’occasion et laisse Lendl revenir dans le match. L’Américain s’effondre et au lieu du Capitole finit dans la Roche Tarpéienne, le Tchécoslovaque s’accroche, gagnant le troisième set 6-4 puis le match en cinq sets.

En ce dimanche de juin 1984, Lendl porte l’estocade au syndrome de la poule mouillée en même temps qu’il soulève la Coupe des Mousquetaires devant le public de la Porte d’Auteuil, sur un court qui deviendra avec celui de Flushing Meadows l’un de ses bastions jusque fin 1987.

Grâce à cette finale du French Open 1984 qui brise le totem de la malédiction, Lendl comprend qu’il doit améliorer son endurance et sa résistance physique. Le Tchécoslovaque va ensuite tirer la quintessence de son potentiel physique par le biais d’un entraînement stakhanoviste, et ainsi pérenniser les exploits au sommet du classement ATP, laminant la concurrence au milieu des années 80, malgré McEnroe,  Becker, Edberg ou encore Wilander.

Entre Paris et New York, cet Ivan Lendl 2.0 métamorphosé devient par la suite un Terminator hégémonique et impitoyable, tandis que McEnroe est rattrapé par l’usure du pouvoir dans cet univers darwinien du tennis mondial.

Le syndrome de la poule mouillée pose deux questions

La première est celle des calculs d’apothicaires et autres épiciers dans le cadre d’une compétition sportive. Si le calcul est relativement acceptable en Formule 1 dans le cadre d’un championnat récompensant la régularité (stratégie adoptée par Alain Prost en 1986, Ayrton Senna en 1991 ou encore Fernando Alonso en 2005 faute de disposer de la meilleure voiture du plateau), il ne l’est plus quand la conséquence directe est de fausser l’adrénaline de la compétition, en choisissant son prochain adversaire dans un tournoi de tennis ou de football. Dans les deux cas, le problème du respect du public, qui a payé sa place dans les gradins d’un  stade, d’un court ou d’un autodrome, et du postulat sur lequel repose le sport tout entier (que le meilleur gagne) se pose également …

La logique économique et le diktat des télévisions et autres sponsors a conduit les sports les plus médiatiques à augmenter le nombre de matches dans les tournois. Pour cela, on limite les matches couperets à élimination directe pour commencer par des phases de groupes.

En 1974, la FIFA propose un nouveau système pour la neuvième Coupe du Monde en Allemagne, avec la suppression des quarts de finale et demi-finales (en vigueur depuis 1934). A la place, l’instance de Zurich propose un deuxième tour sans saveur qui restera la norme jusqu’en 1982, avec le fabuleux Italie – Brésil (3-2) de Sarria.

1982 est aussi l’année où Joao Havelange, soumis à la férule d’Horst Dassler (Adidas), fait passer le nombre de d’équipes qualifiées de 16 à 24 pour la phase finale, soit de 4 à 6 groupes de 4 équipes chacunes au premier tour (soit 36 matches au lieu de 24), et donc de 2 groupes de 4 équipes à 4 groupes de 3 équipes au deuxième tour (soit 12 matches à chaque fois), avec le retour des demi-finales.

Le retour à un tableau complet avec huitièmes et quarts se fera en 1986. A Gijon en 1982, la Coupe du Monde vivra le  match de la honte, avec un affreux arrangement entre RFA et Autriche. Déjà qualifiés,  les Autrichiens laissent les Allemands gagner, la RFA ayant perdu quelques jours plus tôt contre l’Algérie. Après ce scandale, la FIFA, contrainte de descendre de sa tour d’ivoire, fera jouer en même temps les derniers matches de chaque groupe.

Le tennis a lui aussi cédé à la tentation et aux sirènes de la logique économique, instaurant des groupes pour sa Masters Cup, qui réunit chaque année les 8 meilleurs joueurs de la saison écoulée. C’est ainsi que Jimmy Connors accusa Ivan Lendl de jouer gagne-petit pour éviter Borg en demi-finale du Masters 1980.

En ce mois de janvier 1981 à New York, le destin se chargea de punir Connors pour ses accusations non avérées, et Lendl pour son potentiel calcul de gagne-petit, puisque Borg les battit tous les deux au Masters 1981, Jimbo en demi-finale puis Ivan le Terrible en finale !

Alors, pourquoi ne pas envisager une Masters Cup sans phase de poules ? Le suspense d’une compétition sportive est la clé de voûte qui permet au public d’avoir envie de payer sa place ou son abonnement télévisuel. On pourrait imaginer les 8 figures de proue du classement ATP s’affrontant dès les quarts de finale (voire même un top 16 dès les huitièmes pour compenser la baisse du nombre de matches, mais la compétition serait moins élitiste), avec un statut de tête de série pour les 4 premiers mondiaux et un tableau comme suit

Quarts de Finale :

-  Match A : 1er contre 8e

-  Match B : 4e contre 5e

-  Match C : 3e contre 6e

-  Match D : 2e contre 7e

Demi-Finales :

-  Match E : vainqueur A contre vainqueur B

-  Match F : vainqueur C contre vainqueur D

Finale :

-  Vainqueur E contre vainqueur F

Bien entendu, le risque de matches truqués dans les groupes de l’actuelle formule de la Masters Cup (alias ATP World Tour Finals) est plus que réduit, quand on connaît le prize money cumulé sur une saison des membres du top 8. Difficile d’imaginer un des seigneurs du circuit se laisser corrompre par un des autres pensionnaires de l’élite ATP …

La deuxième question est celle du déclic mental, si importante en tennis. Il faut être un loup-garou sans pitié capable d’accomplir la métamorphose décisive par le biais du processus de lycanthropie, un gladiateur de la Rome Antique qui se fiche que le pouce de l’Empereur soit baissé ou levé vers le ciel, un matador portant l’estocade au taureau sans banderilles intermédiaires, bref un sniper au killer instinct dès la sortie du vestiaire, quand les deux tennismen qualifiés pour la finale se regardent en chiens de faïence. Il ne faut pas être pris par la peur de gagner. La plupart des multiples vainqueurs en Grand Chelem qui ont précédé ou suivi l’éclosion d’Ivan Lendl ont gagné dès leur première finale majeure, évènement qui peut en paralyser certains, tel un acteur pris de trac avant la première d’une pièce de théâtre ou un chanteur avant un concert lançant une tournée :

-  Ken Rosewall en 1953 à l’Open d’Australie contre Mervyn Rose

-  Lew Hoad en 1956 à l’Open d’Australie contre Ken Rosewall

-  Roy Emerson en 1961 à l’Open d’Australie contre Rod Laver

-  Manuel Santana en 1961 à l’Open d’Australie contre Nicola Pietrangeli

-  Jimmy Connors en 1974 à l’Open d’Australie contre Phil Dent

-  Bjorn Borg en 1974 à Roland-Garros contre Manuel Orantes

-  John McEnroe en 1979 à l’US Open contre Vitas Gerulaitis

-  Mats Wilander en 1982 à Roland-Garros contre Guillermo Vilas

-  Boris Becker en 1985 à Wimbledon contre Kevin Curren

-  Stefan Edberg en 1985 à l’Open d’Australie contre Pat Cash

-  Pete Sampras en 1990 à l’US Open contre Andre Agassi

-  Jim Courier en 1991 à Roland-Garros contre Andre Agassi

-  Sergi Bruguera en 1993 à Roland-Garros contre Jim Courier

-  Evgueni Kafelnikov en 1996 à Roland-Garros contre Michael Stich

-  Gustavo Kuerten en 1997 à Roland-Garros contre Sergi Bruguera

-  Patrick Rafter en 1997 à l’US Open contre Greg Rusedski

-  Marat Safin en 2000 à l’US Open contre Pete Sampras

-  Lleyton Hewitt en 2001 à l’US Open contre Pete Sampras

-  Roger Federer en 2003 à Wimbledon contre Mark Philippoussis

-  Rafael Nadal en 2005 à Roland-Garros contre Mariano Puerta

-  Novak Djokovic en 2008 à l’Open d’Australie contre Jo-Wilfried Tsonga

-  Stanislas Wawrinka en 2014 à l’Open d’Australie contre Rafael Nadal

Rod Laver, Tony Roche, Guillermo Vilas, John Newcombe ou encore Arthur Ashe ont chacun perdu leur première grande finale en Grand Chelem, mais tous ont su rectifier assez rapidement le tir. Mais deux exceptions méritent qu’on s’y attarde, sans parler du Croate Goran Ivanisevic qui a dû attendre 2001 et sa quatrième finale à Wimbledon pour conquérir son Graal.

Longtemps considéré comme un cancre surdoué bien que nourri au nectar et à l’ambroisie par les fées du destin, sorte de gourmet en contrepoint à la boulimie de son rival Pete Sampras, Andre Agassi a longtemps cru que la victoire resterait utopique en Grand Chelem, lui qui gagna cependant la Masters Cup fin 1990 à Francfort contre Stefan Edberg, puis le saladier d’argent de la Coupe Davis dans la foulée. Battu en 1990 en finale de Roland-Garros par l’Equatorien Andres Gomez, Agassi perd au même stade de la compétition contre Pete Sampras trois mois plus tard à New York, en finale de l’US Open. Le Kid de Las Vegas avait pourtant détruit le natif de Washington DC en printemps 1989 au tournoi de Rome. Mais le jour J, ce fut Pistol Pete qui fut prêt à franchir l’ultime palier vers le statut de champion. En 1991 à Roland-Garros, Agassi échoue une troisième fois en finale majeure, contre son compatriote Jim Courier, qui sonne le glas des espoirs du natif du Nevada en cinq sets. Il sera le dernier des quatre mousquetaires d’outre Atlantique, après Michael Chang, Pete Sampras et Jim Courier, à inscrire son nom au panthéon du Grand Chelem, en 1992 à Wimbledon, réalisant l’exploit de battre coup sur coup trois spécialistes du gazon, Boris Becker, John McEnroe et Goran Ivanisevic. Pourtant, Agassi était le plus vieux des quatre Américains susceptibles de redonner son lustre au tennis américain nostalgique des exploits de Jimmy Connors et John McEnroe : Agassi est né en avril 1970, Courier en septembre 1970, Sampras en août 1971, Chang en février 1972.

Même après son triomphe à Wimbledon 1992, bien que débarrassé de cette terrible épée de Damoclès, Agassi montrera encore de la fragilité mentale dans les grandes finales :

-  En 1995 à l’US Open malgré 26 matches sans défaite, mais la 26e succès sur Boris Becker fut une victoire à la Pyrrhus sur le plan mental à l’heure de défier Pete Sampras sur le ciment de Flushing Meadows.

-  En 1999 à Roland-Garros, Andre Agassi étant rapidement mené 6-2, 6-1 par Andreï Medvedev en finale, en moins d’une heure de jeu. L’Américain finira par vaincre l’Ukrainien après une joute d’anthologie, étant passé fort près du précipice. Agassi atteint la quadrature du cercle et réalise ainsi le Grand Chelem en carrière, comme Don Budge, Fred Perry, Rod Laver et Roy Emerson. Dix ans plus tard, Roger Federer complète son puzzle en gagnant le prestigieux tournoi parisien contre Robin Söderling. Battu pour la dixième fois de suite par Fed Ex ce jour là sur l’ocre du court Philippe-Chatrier, le Scandinave déclare Nobody beats me 11 times in a row reprenant à son compte une citation de Vitas Gerulaitis (à propos de ses duels avec Connors, et non avec Borg comme souvent répandu par une idée reçue !), longtemps écrasé par son compatriote Jimmy Connors avant de vaincre sa bête noire à la 17e tentative, en janvier 1980 pour la Masters Cup 1979 : And let that be a lesson to you all. Nobody beats Vitas Gerulaitis 17 times in a row !Après deux autres défaites à Wimbledon et à l’US Open toujours en 2009, le Suédois aux yeux de husky finira par vaincre Federer aussi, au treizième essai, en quarts de finale de l’édition 2010 de Roland-Garros, interrompant à cette occasion la vertigineuse série de 23 demi-finales consécutives en Grand Chelem du Bâlois, qui avait commencé en 2004 à Wimbledon !

-  En 1999 à Wimbledon, en 1999 en Masters Cup et enfin en 2002 à l’US Open pour le chant du cygne de Sampras, où Pistol Pete sera à chaque fois son bourreau, fort certes d’un niveau de jeu stellaire mais également bénéficiaire d’un contexte psychologique favorable contre Agassi, sans parler cependant de bête noire.

Andy Murray, lui, a encore plus souffert du spectre d’un compteur qui resterait éternellement bloqué à zéro. Membre du Big Four depuis 2008, l’Ecossais a subi la loi implacable de trois Goliaths redoutables, Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic.

En 2008 à l’US Open, le Britannique coupe la première tête de l’hydre en sortant Nadal en demi-finale. Mais sur le ciment new-yorkais, le Suisse Roger Federer reste despotique pour s’offrir un cinquième titre consécutif (record absolu aux Etats-Unis). Un an et demi plus tard, Murray retrouve le virtuose de Bâle en finale à Melbourne. Mais Federer se montre à nouveau intraitable et gagne son 16e titre du Grand Chelem, le 4e à l’Open d’Australie. Un an plus tard en finale de l’Open d’Australie 2011, l’Ecossais a une troisième occasion, face à Novak Djokovic. A l’exception de la finale 2008 à Melbourne (Djokovic / Tsonga), c’est la première finale de Grand Chelem sans Federer ni Nadal depuis Safin / Hewitt en 2005, déjà en Australie ! Le Serbe l’emporte et lance sa saison de rêve où, fort d’une forme stratosphérique tout au long de 2011, il va cannibaliser le circuit ATP. En 2012 à Wimbledon, la pression est à son paroxysme pour Andy Murray. La Grande-Bretagne attend un successeur à Fred Perry, dernier Britannique à avoir dompté le gazon londonien, en 1936. 76 ans d’attente, telle une révolution de la comète de Halley … A domicile, Murray ne peut se libérer mentalement, d’autant qu’il retrouve Roger Federer, sextuple vainqueur à Londres, et le court  central de Wimbledon est le jardin du Suisse,  sa chasse gardée depuis 2003. Vainqueur du premier set, l’Ecossais concède les trois suivants à Federer, qui atteint un climax émotionnel en ce dimanche de juillet 2012, sorte d’apothéose de sa monumentale carrière de Pantagruel du tennis : 17e titre du Grand Chelem, 7e titre à Wimbledon (record de Pete Sampras égalé) et retour au pinacle du classement ATP, détrônant le n°1 mondial Novak Djokovic.
Trois semaines après cette quatrième défaite majeure, sur le même court de Wimbledon, Andy Murray retrouve son bourreau suisse en finale du tournoi individuel des Jeux Olympiques de Londres. Orphelin de Nadal, le tournoi voit Murray sortir le dauphin Novak Djokovic tandis que le roi Federer s’offre le scalp de l’Argentin Del Potro. En finale, Federer n’existe pas ce jour là, l’enjeu étant de taille pour lui, conquérir cette médaille d’or, seul titre d’importance qui manque à son colossal palmarès … En trois sets, Murray chasse ses doutes et ses démons, refermant la boîte de Pandore. Un an plus tard, l’Ecossais compte deux titres du Grand Chelem, ayant vaincu deux fois Novak Djokovic, en finale de l’US Open 2012 et en finale de Wimbledon 2013.

Comme Agassi, Murray a connu des rechutes après ses victoires, en 2013 et 2015 en finale de l’Open d’Australie, les deux fois contre Novak Djokovic.

 

Le mental est fondamental dans tous les sports, la qualité primordiale étant de  gérer une crise et de pouvoir immédiatement se re-concentrer après une déception, une erreur, une faute … Que l’on soit un cycliste en perdition dans un col à fort pourcentage, un champion d’échecs qui vient de rater le meilleur coup d’attaque, un footballeur qui vient de rater un penalty, un pilote qui vient de se faire dépasser après une erreur de pilotage, ou un tennisman qui a raté la balle de match.

  1. avatar
    29 janvier 2016 a 15 h 10 min
    Par Guga57

    Article excellent et qui annonce (malheureusement pour Andy et heureusement pour les fans de Djoko dont tu fais partie Axel) la 5e defaite de Murray en finale de l’Open d’Australie pour ce dimanche.

    Ceci-dit, si on peut parler de syndrome de la poule mouillee pour les finales ayant oppose Murray a Djokovic avant 2012, maintenant c’est plus une question de niveau qu’autre chose. Djokovic a progresse alors que Murray plafonne.

  2. avatar
    29 janvier 2016 a 17 h 51 min

    Salut Guga,

    Oui pour moi le pauvre Murray n’a aucune chance contre Djokovic.
    Ce sera du 90-10 pour Nole pour deux raisons

    1/ Primo un jour de recuperation en plus pour le Serbe

    2/ L’Ecossais a dominé Milos Raonic en 5 sets, tout en “profitant” de la baisse du Canadien au set decisive (douleur aux adducteurs) pour lui coller un terrible 6-2 en breakant dentrée de manche

    3/ Murray n’a pas battu son “jumeau” du mois de mai 1987 depuis Wimbledon 2013 exception faite de Montréal 2015 … Cela commence à faire loin, et donc pas evident en terme de confiance …

     Défaite à Wimbledon 2013 (finale)
     Victoire à Bercy 2014 (quart de finale)
     Victoire à l’Open d’Australie 2015 (finale)
     Victoire à Indian Wells 2015 (demi-finale)
     Victoire à Miami 2015 (finale)
     Victoire à Roland-Garros 2015 (demi-finale)
     Défaite à Montréal 2015 (finale)
     Victoire à Shanghaï 2015 (demi-finale)
     Victoire à Paris-Bercy 2015 (finale)

    Sinon sur le reste, le pauvre Lendl a du vraiment souffrir des moqueries de Jimbo avant RG 1984.

    Par ailleurs, j’ai découvert des superbes débats d’internautes sur l’origine de la citation Gerulaitis (parodiée en 2009 par Soderling donc), avec ceux qui défendent qu’elle concernait Jimmy Connors (je suis plutôt de ce camp là), d’autres Bjorn Borg.

  3. avatar
    30 janvier 2016 a 2 h 38 min
    Par Nicolas

    salut à tout les deux,
    Sans manquer de respect, je crois que je vais zapper le tennis pour de bon car cela me soule et secondement ras le bol de voir tout le temps les mêmes.

    Axel et Guga sont de VRAIS passionnées car ravi de voir que le tennis ne progresse pas, cet immobilisme est effrayant et à part d’accrocher les records on ne voit pas trop ce qui les motive.

    Serena Williams aura beau avoir 30 titres du GC, elle restera comme la pire joueuse de l’histoire et la plus nulle question respect.

  4. avatar
    30 janvier 2016 a 18 h 18 min

    Salut Nicolas,

    Tu te mets à troller … Serena pire joueuse de l’Histoire ? Je ne l’aime pas non plus mais une fille qui a gagné 21 GC mérite un peu plus de respect selon moi !
    OK elle est arrogante, ne ressemble pas vraiment à une femme question biceps, tout ce qu’on veut. Mais quel mental et quel palmarès !

    Quant à Djokovic, j’ai envie de reprendre la formule utilisée en 2002 par Jean Todt quand Ferrari et Schumacher écrasaient la F1 : “Les autres n’ont qu’à mieux travailler”.

    Enfin, le sport n’apporte pas comme seul plaisir le suspense pour la victoire, même si je te concède que c’est l’intérêt n°1 de regarder une compétition, que ce soit un match de foot, de tennis, de rugby ou encore de basket, un Grand Prix de F1 ou une course cycliste, d’athlétisme ou de natation.

    Il y a aussi le plaisir d’admirer les champions que l’on admire, de contempler leur virtuosité, de voir des gestes qui nous rappellent le fameux “Je ne ferai jamais cela” (phrase qu’on ne dit jamais en voyant un vieux match pourri de Ligue 1, hors PSG …).

    • avatar
      2 février 2016 a 11 h 16 min
      Par Guga57

      Je ne suis vraiment pas fan du style de jeu de Djokovic mais je suis quand meme d’accord avec Axel, les autres n’ont qu’a mieux travailler pour le battre. OK il est tres fort mais il reste prenable, la finale contre Murray (bien qu’en 3 sets) s’est joue sur des details, en 1/8e Gilles Simon (qui n’est pourtant pas un foudre-de-guerre) a reussi a l’emmener en 5 sets, l’annee passee Murray etait a 2 doigts de le battre a RG, Wawrinka l’a fait en Australie en 2014 avant de recidiver en 2015 a RG, Nishikori aussi a l’US Open 2013 et meme (le modeste) Kevin Anderson n’est pas passe si loin que ce de l’exploit a Wimbledon 2015… Bref, aux autres de trouver des solutions. Si on regarde de plus pres le palmares de Djoko, sur ses 16 Majeurs, 6 viennent d’Australie, 5 du Masters, qui sont les 2 jardins prives du Serbe. Ailleurs, RG en tete, il ne compte “que” 5 majeurs cumules (3 Wimbledon et 2 US Open)…

      • avatar
        2 février 2016 a 14 h 10 min

        Salut Guga,

        Oui comme chaque champion, le Djoker a ses tournois fétiches, en l’occurrence le Masters et l’Open d’Australie, tel Sampras avec Wimbledon et l’US Open, Federer avec Wimbledon et le Masters, Borg avec Roland-Garros et Wimbledon, Connors avec l’US Open, Becker avec Wimbledon, Lendl avec Roland-Garros et l’US Open, ou encore Nadal avec Roland-Garros.

        Le problème actuel pour les autres est qu’il n’a aucune faille entre experience, forme physique optimale, mental de guerrier, gestion des points décisifs, retour execptionnel, service plus que correct, coup droit et revers excellents, amortizes sur terre battue, lob, smash et vole au-dessus de la moyenne …

  5. avatar
    31 janvier 2016 a 1 h 14 min
    Par Nicolas

    j’ai plus le sentiment que ce sont les sportifs eux mêmes qui me soulent grave, et de plus de quel sport on parle quand on voit tout les cas de dopage d’attribution douteuse quand à des villes qui sont gangrénées par la corruption et peu respectueux de l’environnement.

    Pour finir Serena Williams n’est assurément pas la digne successeuse de Graf. Bien content de voir qu’elle ait perdu contre Kerber première joueuse allemande à gagner un GC depuis Graf en 1999 à RG.

    • avatar
      1 février 2016 a 2 h 06 min
      Par Nicolas

      Comme d’habitude le robot Dokovic a encore gagné, vivement qu’il dévisse un peu cela ferait du bien.

  6. avatar
    31 janvier 2016 a 20 h 31 min
    Par the sampras

    très bon article avec une erreur que l’on retrouve souvent lorsque l’on parle de ce match : la fameuse finale de 1984 Lendl McEnroe à RG.
    Tous ceux qui évoquent ce match disent que McEnroe menait 2 sets 0 et break dans le 3ème set : pour certains c’est 3-1, d’autres 4-2 , ici c’est 4-1.
    Et pourtant les faits sont là : McEnroe n’a jamais eu de break dans le 3ème set et il n’a même jamais mené au score.

    • avatar
      1 février 2016 a 10 h 29 min

      @The Sampras, peux-tu developper sur 3e set de la finale de RG 1984 ? La version la plus connue est McEnroe qui mène 4-1 et rate une balle de double break face à Lendl.

  7. avatar
    1 février 2016 a 7 h 44 min

    Salut Nicolas,

    Que Serena n’arrive pas à la cheville de Graf, nous sommes d’accord !

    l’Allemand était techniquement bien supérieure, et s’est coltineé des rivales autrement plus coriaces que Sharapova : Seles bien sûr mais aussi Navratilova ou Hingis aux extrêmes de la carrière de la future Mme Agassi.

  8. avatar
    1 février 2016 a 8 h 44 min

    Concernant Novak Djokovic, c’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle pour lui que ce triomphe à Melbourne

    - bonne car il poursuit sa razzia en Grand Chelem (11e titre majeur comme Laver et Borg, 6e Open d’Australie record d’Emerson égalé, 3e titre de rang)

    - mauvaise car comme en 2012 il va arriver à Paris en jouant non seulement pour le titre à Roland-Garros et le GC en carrière (tels Agassi, Nadal et Federer avant lui) mais aussi le Djoko Slam. Donc triple enjeu et triple pression pour l’ogre de Belgrade.

  9. avatar
    1 février 2016 a 19 h 20 min

    D’ailleurs parlant de Seles elle avait clairement pris l’ascendant sur Graf avant d’être poignardée. Cette dernière a par la suite repris sa razzia de GC.

    Sinon pour Djoko, pn peut voir sa victoire comme un message à la concurrence afin de les intimider, et de partir avec un set d’avance lors des rencontres. Ce qui semble littéralement être le cas car ils sont peu nombreux à l’avoir poussé en 5 sets… c’est arrivé 2 fois seulement sur les 3 derniers GC (tous gagnés): Gillou cette année, et Kevin Anderson à Wimbledon l’année dernière.

    • avatar
      2 février 2016 a 9 h 58 min

      Salut Fabrice,

      Oui en effet Monica Seles avait dominé Graf en 1991 et 1992 dans 3 des 4 tournois du GC : Open d’Australie, Roland-Garros et US Open, s’adjugeant aussi le Masters.
      L’Allemand avait gardé son bastion de Wimbledon inviolé contre la Yougoslave, et la tendance semblait se confirmer en 1993 avec une victoire de Seles à Melbourne en début d’année, avant le drame d’Hambourg.

      Paradoxe, en 1994, saison où Seles est complètement absente du circuit WTA, Graf ne gagne qu’en Australie, laissant les 3 GC à ses rivales espagnoles Arantxa Sanchez Vicario (Roland Garros et US Open) et Conchita Martinez (Wimbledon).

      Donc sans ce coup de couteau, Monica Seles aurait sans doute gagné environ 15 GC, et Graf moins que 20 GC, car Seles ne gagna qu’un majeur après son come-back de l’été 1996, en Australie, échouant en finale de l’US Open 1995 contre Graf puis en finale de Roland-Garros 1998 contre Sanchez.

      Comme Hingis mais pour d’autres raisons, la carrière de Monica Seles laisse un profond goût d’inachevé.

  10. avatar
    1 février 2016 a 21 h 42 min
    Par the sampras

    Je développe sur Lendl McEnroe RG 1984
    Une vingtaine d’années plus tard, dans un documentaire diffusé sur ESPN Classic 1, les joueurs de l’époque peinent toujours à se souvenir du score exact mais sont d’accord sur un point : l’Américain avait la partie gagnée. “John McEnroe menait deux sets à zéro, 4-3, balle de 5-3″, affirme Yannick Noah. “C’était 4-2 pour McEnroe, soutient Henri Leconte. Il avait une balle de 5-2.” Ou encore Mansour Bahrami, joueur iranien des années 80 : “4-2 au troisième set pour John !” Pierre Barthès était dans les tribunes ce jour-là : “Deux sets à zéro, 3-1.” En fait, personne ne souvient de rien. Les témoins sont en tout cas d’accord sur un point : Lendl n’a pas gagné, c’est McEnroe qui a perdu. Seulement voilà, ils se trompent, aveuglés par le charme de l’Américain et leur goût pour la dramaturgie. Après visionnage du match, McEnroe n’a jamais eu de break d’avance dans le troisième set. Un seul joueur a mené au score pendant cette manche : Ivan Lendl.

  11. avatar
    2 février 2016 a 9 h 31 min

    @The Sampras, donc si on te suit Lendl a fait la course en tête dans le 3e set en 1984 lors de la finale de RG ?
    Et donc McEnroe a commence à déjouer après avoir gagné le 2e set ?

    Il serait intéressant de comprendre pourquoi, si ce n’est pas une balle de double break rate qui aurait pu l’énerver et le faire déjouer … Peur de gagner ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter