Laver Cup #1 : l’Europe au bout du suspense
Photo Panoramic

Laver Cup #1 : l’Europe au bout du suspense

Et pendant ce temps-là, Paire perd en finale à Metz contre le 95ème mondial. 2 salles, 2 ambiances.

Ce week-end avait lieu la 1ère édition de la Laver Cup à Prague. En quelque sorte la Ryder Cup adaptée au tennis. Evénement imaginé et mis en place par Roger Federer et ses sponsors, il s’agit en quelque sorte d’une Coupe du Monde de tennis réunissant, le temps d’un week-end, les meilleurs joueurs de la planète divisés en deux équipes. Team Europe vs Team World. Placé – idéalement – dans le calendrier entre l’US Open et les demies de Coupe Davis d’un côté et le début de la tournée asiatique de l’autre, cet événement est amené à perdurer. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la première édition a tenu toutes ses promesses et on a hâte que ça recommence. Retour sur un week-end pas comme les autres avec le Vestiaire du Sport.

 

Compositions des équipes et règlement

Team Europe : Nadal, Federer, Zverev, Cilic, Thiem, Berdych - Capitaine : Björn Borg

Team World : Sock, Kyrgios, Isner, Querrey, Shapovalov, Tiafoe - Capitaine : John McEnroe

Sur le papier, le Team Europe fait évidemment office de grandissime favori, d’autant plus que la tête d’affiche du Team World, Juan Martin del Potro, avait dû déclarer forfait au dernier moment. Mais, sur un week-end, sur dur intérieur, les choses peuvent aller très vite.

La compétition se déroule sur 3 jours, du vendredi au dimanche. Chaque jour, sont joués 3 simples et 1 double (avec super tie-break en 10 poins à 1 manche partout). Chaque victoire rapporte 1 point le vendredi, 2 points le samedi et 3 points le dimanche, de telle sorte que le suspense est maintenu le plus longtemps possible.

 

Jour 1 : Team Europe fait le meilleur départ (3-1 Europe)

3 victoires en simple et défaite lors du double. L’Europe mène 3-1 après cette première journée que l’on pourrait renommer “Tie-Break day”. En effet, pas moins de 7 jeux décisifs ont été disputés lors de ces quatre rencontres inaugurales.

Cilic bat Tiafoe : 7-6 7-6 / L’expérience de Cilic a triomphé face à la fougue du crack américain.

Thiem bat Isner : 6-7 7-6 10-7 / Une belle victoire au forceps pour l’autrichien qui a eu tout le mal du monde face au géant américain.

Zverev bat Shapovalov : 7-6 7-6 / Dans ce duel de teenagers, c’est le mieux classé des deux qui a su comment gérer les moments importants.

Kyrgios et Sock battent Nadal et Berdych : 6-3 6-7 10-7 / La paire du Team World a clairement été plus forte face à un Nadal pas à l’aise et un Berdych en manque de confiance.

 

Jour 2 : Team Europe creuse son avance (9-3 Europe)

Cette journée du samedi a été mémorable par bien des aspects. Tout d’abord, c’était la rentrée en simple des deux stars, les numéros 1 et 2 mondiaux Rafael Nadal et Roger Federer. Mais, l’attente était toute particulière en ce qui concernait le double. En effet, pour la première fois, Roger et Rafa allaient être associés pour le plus grand plaisir de tous les amoureux de tennis. 3 victoires et 1 défaite pour l’Europe qui mène 9-3 avant le début de la dernière journée.

Federer bat Querrey : 6-4 6-2 / Match maîtrisé de A à Z par le maestro qui n’a eu aucun mal à se mettre en jambes face à l’américain qui reste sur deux excellents résultats en Grand Chelem.

Nadal bat Sock : 6-3 3-6 11-9 / Que ce fut dur pour le taureau qui semblait pourtant avoir bien verrouillé la partie. Mais les fulgurances en coup-droit du jeune américain ont fait douter l’espagnol qui a dû aller chercher la victoire au bout du suspense.

Kyrgios bat Berdych : 4-6 7-6 10-6 / L’australien a permis à son Team de ne pas prendre l’eau. Il a montré énormément d’envie et de combativité pour aller chercher ce précieux succès face au tchèque qui jouait pourtant chez lui.

Nadal et Federer battent Sock et Querrey : 6-4 1-6 10-5 / Ce ne fut pas flamboyant, ça manquait d’automatismes mais quel régal de voir ces deux monstres du même côté du filet. Cela nous a donné des images exceptionnelles que l’on oubliera pas de sitôt. Quand il a fallu serrer le jeu dans le super tie-break, Rafa et Roger ont su se mobiliser pour assurer l’essentiel.

 

Jour 3 : Team Europe contre le retour du Team World (15-9 Europe)

Une dernière journée qui pouvait tout faire basculer au vu du système de comptage des points. On est d’ailleurs passé tout prêt de devoir disputer un double décisif car le score a bien failli être de 12 partout à l’issue de toutes les rencontres. Mais Roger en a décidé autrement. C’est le Team Europe qui sort victorieux de cette première édition.

Sock et Isner battent Berdych et Cilic : 7-6 7-6 / Décidément, c’est un week-end noir pour le tchèque qui a perdu ses 3 rencontres. Cela permet au Team World de recoller à une victoire.

Zverev bat Querrey : 6-4 6-4 / Costaud le petit jeune 4ème mondial. Une victoire pleine de maîtrise pour lui face à un dangereux Querrey. L’allemand permet de donner de l’air à l’Europe.

Isner bat Nadal : 7-5 6-1 / L’américain a littéralement roulé sur l’espagnol qui semblait visiblement émoussé suite à ses exploits de la veille. Plus de 20 aces, le machine américaine était bien réglée ce dimanche. Isner offre donc à Kyrgios la possibilité de revenir à 12-12.

Federer bat Kyrgios : 4-6 7-6 11-9 / Une balle de match sauvée et le suisse offre au Team Europe la victoire la plus importante du week-end. Gêné par l’agressivité de l’australien, Roger a beaucoup subi mais s’est accroché jusqu’au bout pour finalement renverser la situation au terme d’un super tie-break irrespirable. L’Europe s’impose 15-9 et empoche la 1ère édition de la Laver Cup.

On peut dire ce qu’on veut, ce week-end a été d’un très bon niveau sportif avec un scénario idyllique. La star de l’événement, Roger Federer, qui remporte ses 3 matchs et offre les points de la victoire à son Team. L’organisation et le public ne pouvaient rêver mieux. Cette première édition a montré énormément de bonnes choses. En espérant que les joueurs aient la possibilité de jouer le jeu dans le futur pour que ça reste un événement réservé à l’élite mondiale. Mais que ça ne les dissuade pas de représenter leur pays dans le cadre de la Coupe Davis malgré la proximité des calendriers. Il est vrai que cela reste une exhibition qui génère énormément d’argent empoché évidemment par les joueurs. Mais une exhibition de cette qualité, c’est un régal pour les amoureux de tennis qui ont ainsi une alternative plus qu’intéressante au tournoi de Metz.

  1. avatar
    26 septembre 2017 a 11 h 22 min
    Par Cullen

    Toute la planète Tennis semble se réjouir de cette nouvelle “compétition”. Moi, beaucoup moins, et j’avoue que Federer, qui s’est toujours montré très attaché à l’Histoire de sa discipline, m’a un peu déçu sur ce coup. Les joueurs se plaignent (souvent à juste titre) du calendrier, du nombre de tournois imposés dans l’année pour justifier leur absence en Coupe Davis, mais à côté de ça, ils n’ont jamais fait autant d’exhibitions (toujours très lucratives…).

    Alors je ne suis pas contre ce genre de show, très spectaculaire, mais ça ne doit pas se faire dans la saison, au détriment des tournois, mêmes modestes, et comptant pour le circuit ATP, ni au détriment de la Coupe Davis à qui ce genre d’exhibitions fait beaucoup d’ombre, alors qu’elle n’est déjà pas au mieux. Ecœurant de voir Berdych par exemple décliner une sélection pour les barrages de Coupe Davis et le retrouver fringant une semaine après, pour disputer des rencontres en toc. Je ne serai même pas surpris d’apprendre un jour que les résultats ont été orchestrés pour maintenir du suspense jusqu’au bout, histoire de contenter ce grand public, visiblement bien loin de savoir ce qu’est une compétition sportive.

    Car dans cette mascarade, il n’y avait évidemment pas les ingrédients habituels qui font la beauté du sport, le stress, l’adrénaline qui font qu’un joueur intrinsèquement supérieur peut s’écrouler mentalement. Et on n’y a pas non plus retrouver l’esprit de la Coupe Davis, à savoir le désir de se battre pour son pays et plus pour soi-même. Bref, réformons la Coupe Davis s’il le faut (sans la dénaturer) mais arrêtons avec ce cirque qu’a été la Laver Cup.

    • avatar
      26 septembre 2017 a 11 h 25 min
      Par Cullen

      PS : ce site est devenu Your Zone Bein Tennis, je n’ai rien contre cette discipline mais c’est dommage qu’il n’y ait pas davantage d’intervenants pour d’autres sports.

  2. avatar
    26 septembre 2017 a 13 h 19 min

    Federer est un malin, car il lance la Laver Cup, et si jamais cette competition se pérennise et se fait une vraie place au calendrier, il aura gagné la 1re edition (meme constat pour Nadal).

    Si ce n’est pas le cas, ce sera juste du bonus avec un double entre les 2 titans et un beau chèque de la part des sponsors de cette Ryder Cup du tennis.

    J’aime bien le principe des points croissants du vendredi au dimanche, mais je mets quelques bémols :

    - primo il faudrait que ce soit vraiment une équipe des Etats-Unis en face pour que le public américain s’identifie à son équipe.
    Sinon, il faudrait une équipe Amérique du Sud (avec Del Potro) et une autre Asie / Australie (avec Kyrgios et Nishikori en leaders) mais bon ça ferait des demi-finales

    - secundo la fréquence annuelle (sauf années de JO) est trop rapprochée, il en faut une tous les 4 ans en année paire non olympiques c’est parfait.

    - tertio oui on échappera pas au toilettage de la Coupe Davis et du calendrier ATP, ces 2 vieux serpents de mer du tennis professionnel.

  3. avatar
    27 septembre 2017 a 9 h 57 min
    Par Guga57

    Moi je la trouve très bien cette Laver Cup. Spectacle, suspense et émotion, le tout avec (le plus important) un tennis de grande qualité ! Bref, à mon sens, tous les ingrédients sont réunis pour que cette compétition perdure dans le temps. Quant à la théorie du complot, désolé Christian, mais je n’y crois pas un seul instant. http://yourzone.beinsports.fr/tennis-laver-cup-bilan-premiere-levee-trophee-majeur-119189/

    • avatar
      27 septembre 2017 a 10 h 57 min
      Par Cullen

      C’est très bien pour ceux qui acceptent de voir le sport se transformer en spectacle, répondant ainsi aux mêmes règles que la téléréalité. Mais pour ces gens-là, il y a des créneaux qui peuvent être utilisés dans l’année, en décembre une fois que la saison est écoulée, ou en janvier avant qu’une nouvelle commence. Mais surement pas en septembre, pour concurrencer des petits tournois dont ont besoin les joueurs moins bien classés que les têtes d’affiche.

      Quant au nom choisi par Federer (lui qui se “targue” de connaitre l’Histoire du Tennis) c’était justement l’occasion de rendre hommage à un joueur trop longtemps resté dans l’ombre, mais là encore, pour sa société de marketing il fallait que ça touche le grand public et Rosewall était bien trop méconnu pour avoir ce privilège. Bref, dans le Tennis comme ailleurs on peut dépoussiérer/moderniser certaines choses mais il faut impérativement conserver l’authenticité.

      • avatar
        27 septembre 2017 a 15 h 24 min
        Par Guga57

        En choisissant volontairement septembre, les organisateurs de la Laver Cup ont clairement voulu se dissocier de la Hopman Cup (organisée en janvier) et surtout de l’IPTL (organisée en décembre) et ce justement dans le but de crédibiliser au maximum leur bébé. Le but étant de faire de la Laver Cup, la « Ryder Cup du tennis », il fallait bien évidemment garder ses distances avec le total show-exhibition type IPTL. Et de ce point de vue, je pense que la différence entre les pitreries vues a l’IPTL et le déroulement global de cette première Laver Cup a été criant. L’IPTL était une pure exhibition, la Laver Cup se veut quant à elle clairement plus compétitive et la qualité des matchs proposés l’a (sans conteste) démontré. Alors oui, évidemment, en tant que nouvelle compétition, la Coupe Laver se veut moderne et correspond donc (globalement) aux attentes du grand public actuel. Plutôt logique si on veut qu’elle soit populaire ceci dit… Tout ça pour dire que si on reste toujours sur les traditions parfumées à la naphtaline, rien ne changerait jamais ! Cette Laver Cup amène un vrai vent de fraicheur dans le monde (parfois bien trop poussiéreux) du tennis-pro, et rien que pour ça elle mérite à mon sens d’exister. Je me répète par rapport à l’autre post mais, pour moi, Laurent Vergne (Eurosport) a totalement exprimé le fond de ma pensée dans cet article : http://www.eurosport.fr/tennis/laver-cup-coup-d-essai-coup-de-maitre-coup-de-coeur_sto6345654/story.shtml

        • avatar
        • avatar
          28 septembre 2017 a 14 h 19 min
          Par Cullen

          Dépoussiérer c’est très bien, c’est même indispensable car ne rien vouloir changer peut envoyer un signal d’immobilisme très négatif au monde du sport. Mais les innovations doivent se faire en s’appuyant sur un socle solide, à savoir les épreuves traditionnelles et historiques qui font l’ADN du Tennis.

          Aménager un toit sur le Central de Roland Garros, installer des projecteurs pour organiser des sessions de nuit, profiter du système “hawk eye”, mettre en place des panneaux publicitaires électroniques pour accueillir plus d’annonceurs, supprimer une bonne partie des loges sur ce même Central, ce sont des innovations qui iraient dans le bon sens. S’inspirer de ce qui a été fait le week-end dernier pour l’attribution de points en Coupe Davis, c’est également une piste de réflexion intéressante, mais vouloir capitaliser sur un énième tournoi d’exhibition pour l’avenir, non merci.

  4. Pingback: Laver Cup, le nouveau délice du tennis ? - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

  5. avatar
    18 octobre 2017 a 9 h 43 min
    Par Guga57

    Coupe Laver = Titre Majeur ???
    http://yourzone.beinsports.fr/tennis-laver-cup-bilan-premiere-levee-trophee-majeur-119189/

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter