Le Grand 8 de Federer à Wimbledon
Photo Panoramic

Le Grand 8 de Federer à Wimbledon

En s’imposant pour la huitième fois de sa carrière le mois dernier à Wimbledon. Le maestro suisse, né un 8 du 8 (en 1981), est devenu le recordman absolu dans le temple du tennis. A l’occasion de son 36e anniversaire, retour sur le Grand 8 britannique du champion helvétique.

En disposant de Pete Sampras à Wimbledon en 2001, le jeune Roger Federer (19 ans à l’époque) avait réellement lancé sa carrière. Aujourd’hui, a posteriori, lorsque l’on regarde dans le rétroviseur, cette première performance-référence réalisée par le Suisse pourrait, de fait, s’apparenter à une véritable passation de pouvoir en bonne et due forme entre l’ancien maître des lieux, alias « Pistol Pete », 7 fois titré sur le gazon anglais (à l’instar du pionnier William Renshaw), et son digne successeur, alias « Rodgeur », qui a même fini par battre ce record cette année via un huitième succès homérique. Alors que le Suisse fête aujourd’hui même son 36e anniversaire, profitons de l’occasion pour faire un petit retour en arrière sur cet exploit historique, via les huit épopées londoniennes signées Fédé.

 

Battu en 2001 (en quart-de-finale par Tim Henmann) au surlendemain de son exploit contre Sampras, RF s’était représenté à Londres en 2002 avec la ferme intention d’y faire mieux. Pourtant, bien que tête de série n°7 du tournoi, Federer (peut-être encore trop en dilettante et un peu trop sûr de son fait) s’était fait piéger d’entrée par le valeureux qualifié croate Mario Ancic. La donne a alors brusquement changé. Endeuillé par le décès accidentel de son coach aussie Peter Carter, c’est un Federer profondément meurtri mais aussi grandi qui débarquera outre-manche en 2003.  Auteur d’un parcours quasi sans faute (un seul set perdu), Federer se débarrassera ainsi sans trembler de Mardy Fish, Feliciano Lopez, Andy Roddick et Mark Philippoussis pour s’offrir, à 21 ans, le premier titre majeur de sa carrière.

 

Après avoir glané ses premiers trophées au Masters (en battant Agassi en finale) ainsi qu’à l’Open d’Australie (contre Marat Safin), « Rodgeur » arrive cette fois sur les bords de la Tamise avec la double casquette de n°1 mondial et tenant du titre. Pas de quoi affoler le gamin qui va récidiver le même type de performance que lors de l’édition précédente. Facile vainqueur de Johannsson, Karlovic et Grosjean, le natif de Bâle ne concède que deux petits sets sur toute la quinzaine face à ses deux principaux rivaux de l’époque : Lleyton Hewitt en quart et Andy Roddick en finale. Egalement vainqueur de son premier US Open, le Suisse signera en 2004 le premier de ses trois petits chelems. Pour rappel, à RG cette année-là, alors que Rafa n’était pas encore là, Fédé sera privé de Grand Chelem par un certain Guga.

 

Les années 2000 se suivent et se ressemblent. Tout comme en 2004, la comète helvète se ballade sur le Center Court. Après avoir asséné de cinglantes défaites à ses adversaires successifs (dont le malheureux Paul-Henri Matthieu au premier tour), Roger ne laisse encore une fois échapper qu’une seule manche (face à l’Allemand Nicolas Kiefer au troisième tour) lors de ses sept rencontres. En voltigeant, il signe un superbe quatre-à-la-suite face à un carré de top-players (Ferrero, Gonzalez, Hewitt, Roddick). Encore une fois, ses deux dauphins du début du nouveau millénaire, Hewitt et Roddick, se montreront sans solutions face à la domination du jeune teuton. Avec ce troisième sacre de rang, Roger Federer rejoint  Boris Becker, John McEnroe, Fred Perry et Bill Tilden dans la légende du Grand Chelem britannique.

 

Battu à Wimbledon par le Luxembourgeois Gilles Muller en 2005, Rafael Nadal avait juré qu’il ferait tout pour s’améliorer sur la surface gazonnée. Et le moins qu’on puisse dire c’est que chez les Nadal, quand on se fixe un objectif, on l’atteint vite et bien ! De fait, un an après sa sortie de route grand-ducale, le Majorquin fera montre de progrès hallucinants pour se hisser jusqu’en finale du tournoi londonien. Mais en ces temps-la, face à Rafa, Federer ne doute pas ! Pas encore en tout cas. Bien que battu un mois auparavant par l’ouragan catalan sur l’ocre de Roland, le maestro se défera cette fois sans trembler du taureau. Notons que pour arriver en finale, le jardinier suisse avait successivement vaincu six spécialistes du gazon : Gasquet, Henman, Mahut, Berdych, Ancic et Bjorkman, et ce, sans perdre le moindre set.

 

En plein cœur des années « Fedal », ce Wimbly 2007 sera le théâtre du premier affrontement en cinq sets entre le roi de la terre-battue (Nadal) et le roi du gazon (Fed). Auteur expéditif de plusieurs victoires de prestige (Del Potro, Safin, Ferrero et Gasquet), « Fedex » part encore avec l’avantage des pronostics. Vainqueur pour sa part de Fish, Soderling, Youznhy, Berdych et Djokovic, Rafa affiche lui aussi un tableau de chasse conséquent. La finale tiendra ses promesses. Face à un Espagnol déchaîné, le n°1 va s’imposer à l’expérience lors des tie-breaks du premier et du troisième set pour finir par cueillir un n°2 épuisé dans le dernier. Troisième homme (après Renshaw et Borg) à enlever le « British Open » cinq fois d’affilée, Federer dépasse Laver (4) et devient l’égal de Borg (5) au tableau d’honneur du « All England Club ».

 

Après 34 matchs gagnés d’affilée dans son jardin, « Rodgeur » a fini par tomber, en 2008, face à Rafa. Un an plus tard, les cartes sont redistribuées. Battu à RG, Nadal a laissé la voie libre à Fédé qui s’y est engouffré pour compléter son puzzle en GC. En outre, Roger a l’opportunité de reprendre le trône mondial en cas de nouveau succès anglais. Balayant Soderling, Karlovic et Haas, RF se montre impérial jusqu’en finale, où il retrouve un Roddick plus affamé que jamais. A l’instar de 2007, le funambule fera la différence dans les jeux décisifs, ne breakant l’Américain qu’une seule fois, à 15-14, dans le cinquième set d’un un match où Andy (39) aura remporté plus de jeux que lui (38) ! C’est le 15e titre en Grand Chelem du Suisse, qui dépasse Sampras (14) et s’empare ainsi du plus prestigieux des records du jeu.

 

Désormais trentenaire, Federer retrouve sa pelouse préférée avec la ferme intention d’effacer les deux déconvenues qu’il y a subi en quart-de-finales des éditions 2010 et 2011 face à Berdych puis Tsonga. Evitant de justesse un dérapage qui aurait fait grand bruit après avoir été mené deux sets à rien face à Julien Benneteau, l’alpiniste rescapé fait ensuite plier le n°1, Djokovic, en demi-finale. Qualifié pour sa huitième finale dans le temple du tennis, RF s’y retrouve opposé au chouchou du public local : Andy Murray. Mal embarqué en début de rencontre, « Rodgeur » se réveille après l’interruption due à la pluie. Et au retour des vestiaires, en indoor avec le toit fermé, l’Helvète finit par terrasser l’Ecossais. En larmes, le Britannique prendra sa revanche un moins plus tard lors des Jeux Olympiques de Londres.

 

Frappé par une étrange malédiction depuis 2013, « The Master » a perdu quatre fois de suite à Wimbledon face à des joueurs nés de l’autre coté du rideau de fer : Stakhovsky en 2013, Djokovic en 2014 puis 2015 et Raonic en 2016. Bien décidé à mettre fin au signe indien, le pharmacien bâlois trouve cette fois le remède en effaçant, tour après tour, sept joueurs originaires d’Europe de l’Est : Dolgopolov, Lajovic, Zverev, Dimitrov, Raonic, Berdych et Cilic. Vainqueur sans perdre un set (une première) et titré (pour l’anecdote) sur son huitième ace en finale, le phénix suisse devient ainsi le premier homme à être couronné à huit reprises sur l’herbe londonienne. En outre, ce 19e titre en GC lui permet d’améliorer son propre record, tout en rejoignant Rosewall par le biais de ce 25e titre majeur remporté.

 

Lionel Ladenburger

 

  1. avatar
    8 août 2017 a 15 h 51 min

    Superbe retour sur la saga londonienne de Rodgeur ! Du coup s’il n’avait pas battu Sampras en 2001, peut-être que ce dernier aurait 8 titres…

    Je n’avais pas réalisé que c’était la première fois cette année qu’il remportait Wimby sans perdre un set !

    4 premiers titres: 1-2-1-1 sets perdus (seulement 5 sets perdus au total !!!)
    3 suivants: 3-3-5
    dernier: 0

    J’ai la flemme de regarder les stats de Nadal et Djoko, mais Federer doit bien avoir le record de GC remportés sans perdre un set…

    • avatar
      9 août 2017 a 12 h 38 min
      Par Guga57

      Merci Fabrice, excellent spot de ta part ! C’est vrai que Sampras aurait très bien pu s’imposer en 2001 s’il n’avait pas croise le fer avec Federer ! Et oui effectivement c’est la première fois qu’il remporte Wimbly sans perdre un set même si je pense sincèrement qu’il aurait déjà pu réussir cette performance par le passé (en particulier en 2005 et/ou 2006). En outre, Elvis et Meiwen ont déjà apporté la réponse à ta question, c’est effectivement Borg et Nadal qui co-détiennent le record de titres du GC sans perdre un set (trois chacun), quant à Federer il en est pour l’heure effectivement toujours à deux « sans faute » (à savoir : AO 2007 et WIM 2017 donc). Alors jamais deux sans trois ? Ça parait peu probable mais sait-on jamais, tout est possible avec Fedex ;)

  2. avatar
    8 août 2017 a 18 h 55 min

    Bravo guga pour ce joli gâteau d’anniversaire aux fans du Suisse !

  3. avatar
    8 août 2017 a 20 h 13 min
    Par mwn44

    Très bon papier comme d’hab’ Guga ! Belle rétrospective d’un jardinier qui aurait peut-être préféré que l’herbe reste vraiment verte au fil de certaines éditions, car ça reste quand même, le meilleur serveur du monde.

    @Fabrice Baro : Federer n’a pas souvent gagné de GC sans perdre un set. Il me semble que ce n’est que la deuxième fois, après un Australian Open 2006 ou 2007. À moins qu’un US Open ait été totalement survolé, mais j’en ai pas le souvenir.

    • avatar
      9 août 2017 a 12 h 45 min
      Par Guga57

      Un grand merci Meiwen ! Je te confirme que RF n’a gagné « que » 2 de ses 19 titres du GC sans perdre le moindre set. Et la première fois, comme tu le suggérais, c’était bien à l’Open d’Australie en 2007, un tournoi au cours duquel le Suisse avait successivement éliminé Phau, Bjorkman, Youzhny, Djokovic, Robredo, Roddick et Gonzalez sans concéder la moindre manche ;)

  4. avatar
    8 août 2017 a 20 h 39 min
    Par Elvis

    Très bel article!!

    L’accoutrement de Federer à Wimbledon mériterait aussi un article. Son costume en blanc (2007), la veste de couleur crème, le cardigan (2008) et la veste de 2009 font partie du folklore de Wimbledon.

    Regarder Federer jouer reste un régal et je lui souhaite de s’amuser le plus longtemps sur les courts et de remporter plusieurs autres titres majeurs.

    • avatar
      9 août 2017 a 12 h 48 min
      Par Guga57

      Merci Elvis ! Concernant les tenues vintage portées par Federer lors de la remise des prix en finale, la seule qui ne lui aura pas porté chance restera le veston façon années 1930 qu’il arborait en 2008 après sa défaite face à Rafa.

  5. avatar
    9 août 2017 a 3 h 32 min
    Par Elvis

    La veste de couleur crème (2006).

    • avatar
      9 août 2017 a 12 h 49 min
      Par Guga57

      Le veston de 2008 était à peu près de la même couleur d’ailleurs ;)

  6. avatar
    9 août 2017 a 3 h 37 min
    Par Elvis

    Fabrice,

    Nadal possède le record du nombre de tournois majeurs gagné sans perdre une seule manche. Il en a remporté 3 à savoir les éditions de 2008, 2010 et 2017 de Roland Garros.

    Borg en a aussi gagné 3 dans des conditions similaires à savoir Wimbledon 1976 et les éditions 1978 et 1980 de Roland Garros.

    Federer ne l’a réalisé qu’à “seulement” 2 reprises à savoir l’Open d’Australie (2007) et Wimbledon (2017).

    • avatar
      9 août 2017 a 13 h 20 min
      Par Guga57

      C’est vrai que Borg aussi a réussi cette performance à trois reprises. On l’a déjà dit et redit mais quel dommage que le Suédois ait pris sa retraite si tôt. Je pense sincèrement qu’il aurait gagné entre 15 et 20 titres du Grand Chelem s’il avait joué au moins jusqu’ à ses 30 balais. Dommage… Et sinon, pour en revenir à Federer, à mon avis, il aurait pu gagner au moins quatre ou cinq trophées du GC sans perdre de set avec un tout petit peu plus de concentration et/ou de rigueur, tant il donnait parfois l’impression de se relâcher lors de certains matchs avant de se remettre dedans.

      Sets perdu par Federer lors de ses 19 tournois du Grand Chelem gagnés :

      WI 2003 : 1
      AO 2004 : 1
      US 2004 : 2
      WI 2004 : 2
      WI 2005 : 1
      US 2005 : 3
      AO 2006 : 5
      WI 2006 : 1
      US 2006 : 2
      AO 2007 : 0
      WI 2007 : 3
      US 2007 : 2
      US 2008 : 3
      RG 2009 : 6
      WI 2009 : 3
      AO 2010 : 2
      WI 2012 : 5
      AO 2017 : 7
      WI 2017 : 0

      Les stats le prouvent, sur ses 19 titres en Grand Chelem, RF en a gagné 2 sans perdre de sets, 4 en en perdant 1 seul et 5 en en perdant que 2… Marrant aussi de noter que les deux GC où Fed a eu perdu le plus de manches avant d’aller au bout sont l’Open d’Australie cette année et, bien évidemment, Roland-Garros ! Sur ses 19 victoires en Grand Chelem, Federer a donc perdu 49 sets soit une moyenne de 2,58 sets perdus par TGC remporté. Ce serait intéressant de comparer cette stat avec celles de Nadal, Djokovic et Murray ;)

  7. avatar
    9 août 2017 a 19 h 31 min
    Par Elvis

    @Guga 57

    1) Le cardigan de Federer (2008) était joli et si ma mémoire est bonne coûtait plus de 200£ pour souligner le nombre de semaines du Suisse à la 1ère place mondiale.

    À mon avis, la tenue de 2008 était plus sobre que celle de 2007 car Nike avait le pressentiment que Nadal était le favori de l’édition de 2008.

    2) Je ne crois pas que Borg aurait remporté nécessairement plus de titres majeurs en restant sur le circuit. Le coeur n’y était plus. J’ai regardé l’épisode consacré à McEnroe (“Legends of Wimbledon”) et on dit qu’en 1981, c’était la fin du début tandis que pour Borg c’était le commencement de la fin.

    Jouer sur le circuit à un haut niveau jusque dans la trentaine est difficile à réaliser. Je ne crois pas que Borg aurait battu McEnroe, Becker, Lendl ou Edberg dans les tournois majeurs s’il avait jouer jusqu’à la fin de la décennie.

    C’est ce qui fait la force de Federer!! Son envie de s’accrocher encore et encore malgré de nombreuses défaites contre Nadal et Djokovic prouve que sa passion pour le tennis est intacte malgré son âge.

    3) Gagner un tournoi majeur sans perdre un seul set relève de l’exploit. Affronter 7 joueurs différents en 3 manches durant 2 semaines et ne perdre aucune manche n’est pas l’apanage de n’importe quel joueur. La plupart des grands joueurs (Sampras, Djokovic, etc.) n’ont jamais réussi à le faire.

    Le tournoi le plus abouti du maestro Suisse reste l’édition Australienne de 2007.

    • avatar
      11 août 2017 a 13 h 04 min
      Par Guga57

      Merci pour toutes ces precisions Elvis. Je suis d’accord avec toi dans l’ensemble. Juste un petit bemol concernant Borg pour lequel je reste persuade qu’il aurait pu gagner (a condition de s’en donner les moyens evidemment).

  8. avatar
    10 août 2017 a 16 h 35 min

    Salut à tous, merci Meiwen et Elvis pour la précision sur le nombre de GC sans perdre de sets. Cela renforce les performances de Nadal et Borg donc.

    Sinon, cela fait 2 GC sur 3 cette année remportés sans perdre de set. Est-ce que cela s’est déjà produit ?

    Sinon avec 2 GC et M1000 cette année (les 4 seuls grands tournois auxquel il a participé !), en outre à l’âge vénérable de 35 ans, je pense qu’il commence sérieusement à s’imposer comme (un candidat sérieux pour) le GOAT…

    Pour Borg, je seconde Elvis. Comme Axel (pas vu ici depuis quelques temps… vacances j’espère) le répète souvent, l’usure du pouvoir est un phénomène bien réel qui a affecté un bon nombre d’athlètes. Chapeau à Federer d’avoir persévéré aussi longtemps alors que les lauriers étaient promis à Nadal puis Djoko.

    • avatar
      11 août 2017 a 13 h 09 min
      Par Guga57

      Salut fabrice, je pense que c’est une premiere (dans l’ere open en tout cas) que deux GC soient remportes la meme annee sans lacher de set. Pour l’anecdote, en 2007, Fed avait remporte l’australie sans perdre de set donc, et Nadal n’etait pas passe loin de faire la meme chose, quelques mois plus tard, a RG… L’Espagnol n’y avait en effet abandonnee qu’une seule manche durant toute la quinzaine, face a… Federer en finale ;)

  9. avatar
    12 août 2017 a 15 h 38 min
    Par the sampras

    A noter que Borg qui a le record avec Nadal de 3 GC gagnés sans perdre un set, a aussi le record inverse avec le plus de sets concédé lors de sa victoire à RG en 1974.
    19 sets gagnés (les 2 premiers tours étaient en 2 sets gagnants) pour 8 perdus (1 au 1er tour, 2 en 8ème, 2 en quarts, 1 en demi et 2 en finales).
    4 ans plus tard il gagnera ce même tournoi en concédant 32 jeux pour un autre record qui tient toujours.

    • avatar
      16 août 2017 a 18 h 02 min
      Par Guga57

      Perdre seulement 32 jeux sur sept matchs au meilleur des cinq sets, soit une moyenne de 4,6 jeux perdus par matchs… c’est juste hallucinant comme perf’ !!! Je pense que cet exploit sera tres difficile a reproduire…

Répondre à lauchou Annuler la réponse.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter