Pourquoi Sharapova n’aura pas de wild-card à Roland Garros
Photo Panoramic

Pourquoi Sharapova n’aura pas de wild-card à Roland Garros

Au cours d'une interview de M. Bernard Giudicelli, président de la FFT, accordée le 4 mars dernier à Tennisactu.fr, nous avons abordé le cas de Maria Sharapova.

Dans cet entretien, que nous publierons prochainement en intégralité sur notre blog, nous avons posé des questions directes, qui ont entraîné des réponses… directes.

Q : M.Giudicelli, allez-vous attribuer une wild-card à Maria Sharapova pour le prochain tournoi de Roland Garros ?
R: Je vais rencontrer Maria à Indian Wells (réponse du 4 mars) en marge de la conférence du board de l ‘ITF (International Tennis Federation). A l ‘issue de cet entretien, j’aurai une réunion avec Guy Forget, directeur du tournoi. Et après, nous prendrons une décision.

Q: Combien de Wild-Card attribuez-vous chaque année lors du tournoi ?
R: Nous attribuons 6 Wild-Cards aux Français(es) et 2 autres, selon nos accords, à la Fédération australienne et à l’USTA (fédération américaine), soit 8 au total. 

Q: Pourriez-vous accorder une wild-card à une joueuse étrangère sur le quota des wild-cards attribuées aux Français(es) ?
R : Les wild-cards réservées aux Français(es) n’ont pas vocation à être attribuées aux autres nations.

Bref, la réponse semble limpide. Si on fait le compte, les étrangers ne peuvent plus prétendre à une wild-card s’ils ne sont ni Américains ni Australiens.

Dans le contexte initial, où les tournois de Stuttgart , Rome et Madrid avaient annoncés l ‘attribution d ‘une invitation tableau, un nouveau climat s’installe.

Les déclarations d’Andy Murray, Angélique Kerber, Caroline Wozniacki et le tweet supprimé d ‘Alizé Cornet démontrent bien l’hostilité grandissante des joueurs face à l ‘attribution d’une wild-card en grand chelem à un joueur ou une joueuse de retour de suspension pour dopage.

Bernard Giudicelli devra faire preuve de discernement dans cette affaire bien compliquée. Entre autoriser une ancienne n°1 un mondiale, double vainqueur à Paris, et se prononcer pour un renforcement des moyens de lutte contre le dopage, il y a comme une incohérence que le petit monde feutré du tennis professionnel ne peut assumer.

Il reste toujours les qualifications mais pour cela, Maria Sharapova devra justifier d’un classement compris entre la 120ème et la 300ème place. La Russe, qui a critiqué ouvertement les instances de la WTA et de l’ ITF, a disparu de tout classement officiel depuis début mars.

Si l’attribution d’une wild-card tableau semble maintenant impossible, il n’y aurait du coup aucune raison de lui attribuer une wild-card qualification.

On n’est donc vraiment pas disposé à accueillir Maria Sharapova cette année à Paris.

  1. avatar
    17 mars 2017 a 5 h 54 min
    Par Nicolas

    Il faut faire comme au vélo les tricheurs et tricheuses n’ont pas leur place dans le sport, pour Maria Sharapova elle n’avait qu’à être plus attentive.

    Remarque d’autres devrait être aussi interdite à vie, notamment Serena Williams qui a déjà menacée de mort des juges de lignes et cela se dit meilleure joueuse de touts les temps.

Répondre à Nicolas Annuler la réponse.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter