Go Monfils !
Photo Panoramic

Go Monfils !

Vainqueur par forfait de Richard Gasquet, Gaël Monfils est le dernier tricolore encore en lice dans le tableau masculin de Roland-Garros. Il défiera dans une forme incertaine le lauréat de l’édition 2015, le Suisse Stan Wawrinka, en huitième de finale. C’est ici qu’il doit faire décoller sa saison, dans une édition où ne l’attendait pas vraiment, une fois de plus.

Une fois n’est pas coutume, on ne saurait juger le niveau de Gaël Monfils cette saison. Au sortir d’une année 2016 appliquée, perturbée par quelques absences remarquées (Roland-Garros, Paris-Bercy), on a retrouvé cette année un Guadeloupéen brouillon, en perte de repères et contraint à de nombreux forfaits.

Il a d’abord gâché le choc qui l’opposait à Rafael Nadal en huitième de finale de l’Open d’Australie, avant d’enchainer les défaites décevantes (contre Gasquet à Marseille, Thiem en deux petits sets à Indian Wells) et les absences à répétition, y compris dans les tournois où il défendait ses points de finalistes (Rotterdam, Monte-Carlo). De retour à la compétition à Madrid sur terre battue, il a livré un match étrange contre son compatriote Gilles Simon avant de ressentir une gêne au pied gauche et de s’incliner en trois sets (0-6, 6-0, 7-6). Tout cela est la cause d’une chute au classement, où le Français, 7e mondial fin 2016, pointe désormais à la 16e place cette semaine.

Gaël Monfils se présente donc aux Internationaux de France 2017 avec un niveau de jeu incertain. Mais cela n’est pas nouveau : il a déjà prouvé par le passé qu’il n’avait pas besoin d’une bonne préparation sur terre battue pour effectuer des performances parisiennes. C’est ainsi qu’il avait atteint les demi-finales du tournoi en 2008, cinq ans avant Jo-Wilfried Tsonga.

Cette année, il a en plus incontestablement l’envie de (re)briller Porte d’Auteuil après une édition blanche en 2016, et un début de saison 2017 qui s’en rapproche. Voilà pourquoi on observe un Gaël Monfils sérieux, appliqué, dépassant les facéties de l’Allemand Dustin Brown au premier tour et le jeu terrien du Brésilien Thiago Monteiro au deuxième. Le troisième tour annonçait une partie plus serrée contre son compatriote Richard Gasquet, qui sortait d’une opération de l’appendicite. Seulement, le jeu décomplexé du Biterrois, craignant le pépin physique, a donné une partie sans rythme qui ne lui a pas offert pas de bonnes conditions de jeu.

Son troisième tour remporté par forfait n’est donc pas le plus opportun en vue de se préparer au roc Stan Wawrinka… d’autant plus que le Guadeloupéen ne dispose pas d’un jour off, comme c’est le cas pour son adversaire. Il aura cependant à cœur de saisir cette occasion pour redorer la légende Monfils sur le central Philippe-Chatrier.

En face de lui, Stan Wawrinka fait certes office de favori depuis sa victoire en 2015. Le Suisse n’a concédé aucun set depuis le début du tournoi et a fait capoter le jeu fantasque de l’Italien Fabio Fognini au tour précédent. Alors, Gaël Monfils n’a pas le choix  : il devra être le plus intraitable possible au service, les pieds joints comme d’antan, et pousser le Suisse dans ses retranchements jusqu’à provoquer l’hystérie du court central.

A l’inverse de Wawrinka, demi-finaliste l’an passé, Gaël Monfils n’aura rien à perdre dans ce match. Il tentera de faire aussi bien que le contingent féminin, emmené par Kristina Mladenovic. Dans le cas contraire, il n’y aurait pas de joueur français en quart de finale de Roland-Garros, ce que le public parisien n’a plus connu depuis 2010.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter