Comment Federer s’est installé sur le toit de Londres
Photo Panoramic

Comment Federer s’est installé sur le toit de Londres

Roger Federer, impressionnant de maitrise, a survolé ce tournoi de Wimbledon. Sur son jardin, ou plutôt sur son gazon, il a montré une determination intacte et une aisance sur cette surface à couper le souffle du public, et surtout, de ses adversaires. A 35 ans, l’homme qui a certainement le plus de retenue et de classe sur un terrain, s’adjuge un dix-neuvième titre du grand chelem.

A la manière dont Rafael Nadal était favori à Roland Garros, le maître Roger Federer savait qu’il jouait une grande partie de la réussite de sa saison sur la pelouse londonienne. Avec pas moins de sept titres à Wimbledon, il venait en Angleterre pour retrouver une forme perdue sur cette surface de jeu, forme qu’il a retrouvé dès sa victoire en début de saison à l’Open d’Australie. Après avoir renoncé au majestueux tournoi parisien, Roger se concentrait donc pleinement sur l’objectif du huitième titre.

Après un premier tour expédié en à peine une heure, avec l’abandon de Dolgopolov (6/3 3/0 ab), le suisse reste plein de maitrise deux jours plus tard, pour s’imposer face à Lajovic à l’expérience 7/6 6/3 6/3. Le troisième tour ressemblait donc à une formalité pour Roger, opposé à l’allemand Zverev, et une victoire à la clé, toujours en trois sets (7/6 6/4 6/4). Il se montra donc impitoyable lors de ses trois premières rencontres, en ne concédant pas le moindre set devant ses adversaires.

En huitième de finale, ce match pouvait ressembler au match piège pour le numéro 3 mondial. Mais ce ne fut pas le cas. Il fit, en effet, une véritable bouchée du bulgare Dimitrov 6/4 6/2 6/4. Dès lors, les matchs semblaient se corser de plus en plus, mais bien au contraire, Roger a continué de dérouler son tennis parfait, face à Milos Raonic en quart de finale, et une victoire, toujours en trois sets 6/4 6/2 7/6. Présent dans le dernier carré, Federer savait pertinemment que son objectif lui tendait les bras. Toujours en trois sets, mais un peu plus serrés cette fois ci, il a disposé de Berdych 7/6 7/6 6/4 pour rallier la grande finale. Enfin, lors de cette dernière rencontre, il n’a laissé aucune chance à son adversaire du jour, Cilic, pour le battre 6/3 6/1 6/4, son score le plus sévère du tournoi.

Il boucle ainsi sa quinzaine à Wimbledon sans concéder le moindre set, comme Nadal l’avait fait à Roland Garros. Il tire une sonnette d’alarme à tous ses concurrents car, absent l’an dernier, il n’a aucun point à rattraper jusqu’à la fin de la saison, contrairement à Murray, qui doit rattraper pas moins de 5460 points, ou encore 3740 pour Djokovic.

Quentin Jacquet, quentin.jacquet01@outlook.fr

  1. avatar
    20 juillet 2017 a 0 h 29 min
    Par Julien Laulun

    Très bonne approche du personnage et une bonne qualité de rédaction, Super article

  2. avatar
    23 juillet 2017 a 1 h 10 min
    Par the sampras

    Federer a gagné ce Wimbledon un peu trop facilement comme Nadal a Roland Garros. Pour l’instant c’est l’Open d’Australie qui a donné le plus d’émotions et de qualité de jeu sur les 3 Majeurs et qui laissera le plus de souvenirs.
    En attendant l’Us Open où l’on pourrait voir enfin l’affrontement tant attendu et qui n’a jamais eu lieu à New York entre le Suisse et l’Espagnol.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter