Top 10 des meilleures sportives françaises de l’année 2015
Photo Panoramic

Top 10 des meilleures sportives françaises de l’année 2015

Après les garçons, pardonnez-moi le manque de galanterie, voici le tour des filles. Alors, quelles sont nos championnes tricolores à avoir le plus marqué 2015 de leur empreinte ?

L‘année 2015 a été riche pour le sport féminin français, et de nombreuses championnes se sont ainsi particulièrement mises en valeur. Redécouvrez ici les performances les plus marquantes de nos sportives via ce Top 10 (un peu élargi).

10. (ex-aequo) Charlotte LEMBACH (escrimeuse, 27 ans)

Suite à de bons résultats par équipe (médailles d’argent à l’Euro et aux Mondiaux en 2014), la Strasbourgeoise a enfin réussi à se débarrasser de la pression pour décrocher sa 1ère grande médaille individuelle. Une médaille d’argent qui lui vaut donc le titre de vice-championne d’Europe du sabre. Par équipe, l’Alsacienne a ensuite doublé la mise en obtenant là encore l’argent.

10. (ex-aequo) Céline DUMERC (basketteuse, 33 ans)

On ne la présente plus. Habituée aux podiums européens depuis le titre de 2009, la vice-championne olympique en titre a encore prouvé cette saison que le temps n’avait encore que peu d’emprise sur elle. La meneuse a en effet été, comme à son habitude, ultra-précieuse lors de la campagne européenne des Bleues. Toujours décisive, notamment de par son adresse à 3 points dans le money-time, la Pyrénéenne a porté la France jusqu’en finale de l’épreuve. Vice-championne d’Europe de basket-ball, membre de l’équipe-type du tournoi, Céline ambitionne une 6e médaille internationale avec ses partenaires bleues à l’occasion des prochaines J.O.

10. (ex-aequo) Sarah GUYOT (kayakiste, 24 ans)

Sacrée championne du monde des moins de 23 ans en 2013, la jeune bretonne a confirmé en 2015 chez les séniors les nombreux espoirs placés en elle. Lors des Championnats d’Europe de Racice (Tchéquie), Sarah s’est ainsi démenée corps et âme pour ramener 2 breloques dans sa besace : le bronze sur K1 500m et surtout l’or, synonyme de titre continental sur K1 200m.

9. Lucie IGNACE et Emily THOUY (karatékas, 23 et 22 ans)

Impossible à départager, les 2 complices de l’équipe de France de karaté ont connu une année 2015 quasi-identique. D’abord toutes deux sacrées championnes d’Europe de kumité en individuel (chez les -55kg pour Emily, -61kg pour Lucie) lors de l’Euro stambouliote, elles ont ensuite doublé la mise avec 2 nouvelles médailles d’or glanées à l’occasion de la 1ère édition des Jeux Européens organisés à Bakou (Azerbaïdjan).

8. Camille SERME (joueuse de squash, 26 ans)

Pour le squash français, 2015 constitue une année de référence. Outre le titre mondial de Grégory Gaultier chez les hommes, Camille Serme s’est elle-aussi illustrée de belle manière sur le circuit féminin. N.3 mondiale, la Cristolienne a fait sensation en devenant la 1ère joueuse hexagonale à inscrire son nom au tableau d’honneur du British Open (l’un des plus anciens et prestigieux tournois au monde). En outre, elle a également ajouté un 3e titre de championne d’Europe de squash à son palmarès. A noter que son petit-frère, Lucas (23 ans), pourrait très prochainement l’imiter. Ce dernier émarge en effet actuellement à la 40e place mondiale, le meilleur classement de sa carrière…

7. Gwladys EPANGUE (taekwondoïste, 32 ans)

D’origine camerounaise, la recordwoman des Championnats de France (15 titres consécutifs depuis 2001) a signé un exercice 2015 conforme à ses standings habituels. Vice-championne du monde de taekwondo en titre, Gwlad s’est ensuite permise le luxe de se parer d’or aux Jeux Européens par le biais d’une victoire obtenue au forceps face à la championne olympique en titre: Milica Mandic. Déjà double championne du monde (2009 et 2011) et médaillée de bronze aux J.O. pékinois (2008), cette guerrière de 32 ans (elle est née à Clichy en 1983) a fait des Jeux brésiliens le dernier grand défi de sa carrière.

6. Marie RIOU (régatière, 34 ans)

Navigatrice d’expérience, bardée de titres en voile légère (multiple championne de France, d’Europe et du monde), la Landernéenne a changé de cap après la déception des Jeux de Londres (où elle ne put faire mieux que 6e). Associé à son binôme Billy Besson sur catamaran depuis 2013, elle a (semble-t-il) très bien négocié ce virage à tribord.Championne du monde sur Nacra 17 et élue “marin de l’année” en 2015, Marie se prépare désormais sans relâche en vue des régates olympiques.

5. Gabriella PAPADAKIS (patineuse, 20 ans)

Fulgurante ascension vers les sommets que celle de la divine Gabriella. Après des débuts prometteurs chez les juniors (vice-championne du monde junior en 2013) et bien aidée par les conseils judicieux de sa mère (excellente patineuse amateur), la jeune femme d’origine grecque débute chez les séniors au bras de son partenaire de toujours: Guillaume Cizeron. Vice-champions de France dès 2014, c’est en 2015 que le duo subjugue les juges internationaux. Offrant un délicieux récital à leur public, ils signent un splendide triplé! Devenue ainsi championne de France, championne d’Europe et championne du monde de danse sur glace, la carrière de Papadakis a hélas subi un sérieux coup d’arrêt… La faute à une malencontreuse chute sur la tête à l’entrainement qui lui a valu une commotion cérébrale! Victime de vertiges et de troubles de la mémoire depuis l’accident, elle travaille actuellement avec un neurologue pour retrouver l’intégralité de ses facultés.

4. Aurélie MULLER (nageuse, 25 ans)

Battante au caractère obstinée, la Sarregueminoise a débuté sa carrière en bassins. Malgré des titres européens et mondiaux chez les juniors, elle se réoriente par la suite vers les compétitions d’endurance pure en eau libre. Un choix risqué mais finalement judicieux puisque la championne de Lorraine a d’abord décroché l’argent sur 5km en 2011, avant la consécration suprême: un titre de championne du monde du 10km (seule distance olympique en eau libre) obtenue aux dépends de la championne d’Europe en titre. Coachée par le charismatique Philippe Lucas (l’ancien mentor de Laure Manaudou), elle incarne incontestablement l’une des grandes chances de podium de la délégation “bleu-blanc-rouge” pour la prochaine olympiade outre-atlantique.

3. Gévrise EMANE (judokate, 33 ans)

Après s’être initiée à son art martial (pour se canaliser) à un âge relativement tardif, 13 ans, l’explosive Franco-Camerounaise aura franchi plus rapidement que quiconque les marches vers le haut-niveau. Déjà auréolée de 4 couronnes continentales, Gévrise (qui n’avait plus goûté à l’or mondial depuis 2011) a renoué avec le succès planétaire en 2015. Avec ce 3e titre de championne du monde des poids moyens (-70kg) en poche, la protégée de Cathy Fleury (championne olympique à Barcelone en 1992) a fait le plein de confiance. Désormais, Emane (qui compense sa petite taille par une technique irréprochable) n’a plus qu’une idée en tête avant sa retraite sportive: repartir d’Amérique Latine l’été prochain avec la plus belle des récompenses à son cou.

2. Marie DORIN-HABERT (biathlète, 29 ans)

On parle peu d’elle, et pourtant Marie est (à peu de choses près) l’exact pendant féminin de Martin Fourcade chez les dames. Double médaillée olympique (une d’argent, une de bronze), la Lyonnaise totalise également 9 podiums glanés lors des Championnats du Monde depuis 2009. Parmi ceux-ci, 4 sont le fruit de ses performances en 2015. De fait, lors des Mondiaux finlandais, la jeune maman a plané sur la compétition en s’offrant 4 médailles: 2 en argent (par équipe) et 2 en or (en solo). Double vice-championne du monde en relais et double championne du monde au sprint et en poursuite, elle a signé un retour époustouflant, quelques mois seulement après la naissance de son 1er enfant! Chapeau à elle!

1. Pauline FERRAND-PREVOT (cycliste, 23 ans)

Après la fin de l’interminable règne de Jeannie Longo, on pensait que le cyclisme féminin tricolore mettrait longtemps à se trouver une nouvelle patronne de top-niveau. Pourtant, force est de constater que Pauline Ferrand-Prevot est visiblement taillée du même calibre. Révélée en 2012, la Champenoise enfile son 1er maillot “arc-en-ciel” en s’imposant lors des Championnats du Monde sur route. Par cet exploit, PFP devenait ainsi la 1ère coureuse française à s’imposer lors de la course en ligne mondiale depuis le dernier titre de son illustre ainée dans cette même épreuve 19 ans plus tôt (1995). Loin de se reposer sur ses lauriers, la polyvalente championne rémoise a récidivé en 2015 par le biais d’un triplé inédit dans l’Histoire du vélo: championne du monde sur routechampionne du monde de cyclo-cross etchampionne du monde de VTT ! Tout simplement grandiose!!! Logiquement élue meilleure sportive française pour la 2e année de suite, on attend maintenant (avec impatience) de la voir à l’oeuvre à Rio.

Mention spéciale aux championnes paralympiques

En parallèle des athlètes précédemment nommées, d’autres compétitrices de tout 1er plan se sont aussi illustrées de belle manière en 2015 dans la catégorie handisport. Citons ainsi, pèle-mêle:

Marie BOCHET (skieuse, 21 ans)

Après avoir déjà fait main-basse sur 4 des 5 médailles d’or possibles aux J.O. de Sotchi, Marie s’est de nouveau mise en valeur (tout comme elle l’avait déjà fait en 2013) en montant sur la plus haute marche du podium des 5 disciplines du ski alpin.

Cécile HERNANDEZ-CERVELLON (snowboardeuse, 41 ans)

Cette Catalane de caractère n’a que faire du (soit-disant) poids des années. Pour preuve, son exercice 2014-15 durant lequel elle a signé le Grand-Chelem en Coupe du Monde et remporté le Globe de Cristal, avant d’être sacrée vice-championne du monde de Boardercross puis championne du monde de Banked Slalom.

Nantenin KEITA (athlète, 31 ans)

Malvoyante, la fille du chanteur malien Salif Keïta est une habituée des podiums internationaux. En 2015, elle a complété sa collection avec ses 8e et 9e médailles mondiales: l’argent sur 100m et surtout l’or sur 400m.

Marie-Amélie LE FUR (athlète, 27 ans)

Sprinteuse et sauteuse en longueur, la charmante Marie-Amélie nous a offert le meilleur d’elle-même lors des Mondiaux de Doha en 2015. Repartant avec pas moins de 4 médailles dans sa valise, l’argent sur 100 et 200m ainsi que l’or sur 400 et à la longueur, MALF a ainsi remporté ses 18 et 19e médailles internationales.

OBJECTIF RIO 2016 !

Point de mire de cette nouvelle année les Jeux Olympiques brésiliens pourraient bien être le théâtre de nombreux succès pour nos “drôles de dames” bleues. Ainsi, en réunissant nos 2 délégations de sportives (les olympiques et les paralympiques), on peut s’attendre à récolter pas moins d’une cinquantaine de médailles “féminines” l’été prochain à Rio! Alors, mesdemoiselles, mesdames, “vamos” ! A vous de jouer!

 

  1. avatar
    10 janvier 2016 a 1 h 16 min
    Par Nicolas

    article sympa comme d’hab de la part de notre Guga.

    Aucunes footballeuses et tennis women dans le classement, cela veut clairement dire que l’on est pas au niveau des autres.

    Un gros pied de nez aussi aux médias qui nous soulent à longueurs d’années avec le renouvellement du sport en France.

  2. avatar
    10 janvier 2016 a 15 h 39 min
    Par Guga57

    Merci Nico ;)
    C’est vrai qu’en tennis, depuis la retraite de Marion Bartoli, c’est un peu le désert chez les filles en France…

  3. avatar
    11 janvier 2016 a 1 h 35 min
    Par Nicolas

    Il faut dire que Marion Bartoli à toujours été un peu à part dans le tennis français féminin, par rapport à une Mary Pierce ou qu’une Amélie Mauresmo.

    • avatar
      11 janvier 2016 a 14 h 44 min
      Par Guga57

      Oui Bartoli n’avait pas autant de talent que Pierce ou Mauresmo, ce qui rend sa victoire a Wimbledon encore plus respectable je trouve ;)

  4. avatar
    11 janvier 2016 a 10 h 39 min
    Par Chantal67

    Les femmes à l’honneur, voilà qui fait plaisir d’autant que souvent le jeu féminin (notamment le foot) est plus élégant que celui des hommes, sport dans lequel ces messieurs se ridiculisent lorsqu’ils font le simulacre de blessures imaginaires, ou profèrent des insultes niveau caniveau. Ne pourriez vous pas, cher Guga57, nous offrir un article traitant ce sujet ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter