Une Juventus intouchable
Photo Panoramic

Une Juventus intouchable

En début de saison, il était délicat de prédire une nouvelle année à sens unique pour les Bianconeri. Aujourd’hui, force est de constater que les performances romaines et napolitaines ne sont pas à la hauteur pour faire de l’ombre à la Juve. A tel point qu’un quatrième sacre consécutif pour les coéquipiers de Gigi Buffon semble inéluctable.

Pogba-Pirlo, les PP flingueurs turinois

Au football, le milieu de terrain s’avère être une pièce maîtresse dans l’équilibre d’équipe. Devant à la fois protéger ses défenseurs et provoquer le surnombre en attaque, il est nécessaire de trouver la formule magique pour garder la mainmise sur le match. Emmené par son duo Pirlo-Pogba, sans oublier Marchisio, Vidal et Pereyra, le milieu de terrain Bianconero est à ce jour l’un des plus complets que le football ait porté. Un mélange d’expérience et de naïveté subtilement dosé qui braquent l’ensemble des défenses italiennes depuis 3 ans et comblent de joie le club de la Vieille Dame ainsi que tous ses tifosi à travers le monde. Aujourd’hui, la Juve totalise déjà 50 points à son compteur, soit 7 de plus que son dauphin romanista. Mieux, elle engrange 2.38 points par match en moyenne depuis le début de saison, le deuxième plus gros ratio parmi les clubs des 5 plus grands championnats. Cette performance s’explique par les performances toujours plus incroyables des PP flingueurs Pogba et Pirlo.

En même temps, comment résister devant l’efficacité de ces deux bonhommes, dotés d’une palette technique aussi impressionnante que grandiose et capable de mettre sur orbite chacun de leurs coéquipiers sur le front de l’attaque. La vision du jeu de Pirlo laisse rêveur, capable de transformer d’un coup de godasse un ballon retombé sur une grosse motte d’herbe en un divin caviar beluga. Cette année, encore, l’ensemble des offensives turinoises passent par l’Architecte, véritable chef d’orchestre de cette équipe aux 30(32) Scudetti. Auteur de 2 buts et 3 passes décisives cette saison, ses inspirations auront notamment permis à la Juve de repartir vainqueur du Derby della Mole après un but au bout du temps additionnel, et ce avec une décontraction déconcertante. Keep calm and pass it to Pirlo.

Pogba de son côté, régale et amuse par sa facilité technique en plus d’agacer son vis-à-vis. Avec lui, le football n’a jamais été aussi simple. La semaine dernière, le Juventus Stadium se soulèvera après que Pogba l’ait décidé, en maître du temps qu’il est : contrôle, petit pont, frappe pied gauche, but. Quelques jours auparavant, l’international français s’en va humilier deux joueurs de l’Inter d’une virgule à faire pâlir de jalousie Ronaldinho. Sans oublier la pépite qu’il inscrira face à Naples, rappelant celle d’un certain Zinédine à Glasgow. C’est bien simple, à chaque rencontre, les réseaux sociaux se nourrissent des divers gestes de Paul le Poulpe. Athlétique, technique et précis, son aura sur le terrain est phénoménale et l’emballement médiatique autour de ce joueur devient jour après jour à peine mesurable. Du haut de ses 21 ans, Pogba a déjà tout d’un grand.

Massimiliano Allegri, le nec plus ultra des entraîneurs

A la mi-juillet, Antonio Conte sème la zizanie de l’autre côté des Alpes en posant sa démission. Après une campagne brésilienne ratée, l’Italie vit ainsi son deuxième épisode estival délicat. La faute à des avis divergents avec Agnelli concernant le recrutement. Alors entraîneur de la Vieille Dame depuis 3 ans, Conte avait toujours réussi à hisser la Juventus en haut du classement. C’est sous ses ordres que ce club emblématique retrouvera de sa superbe. Il est peu dire, donc, que la succession de Toto allait être délicate à gérer. Le lendemain de son annonce, la direction du club nomme finalement Massimiliano Allegri pour reprendre le flambeau. Une décision mal vécue par les tifosi, n’hésitant pas à espérer un « canular » de la part du club. Que nenni ! L’ancien entraîneur de Milan limogé 6 mois plus tôt à la suite de résultats décevants, en partie dû aux départs de Zlatan et Thiago Silva vers le PSG, reprendra bel et bien la relève.

Mais les interrogations portées à l’égard de sa nomination vont rapidement laisser place à la satisfaction. En tête du championnat depuis le début de saison, Allegri laissera échapper ses premiers points face à Sassuolo au cours de la 7ème journée seulement, après que Pogba ait répondu à Simone Zaza (1-1, ndlr). Toujours en lice dans chacune des compétitions, la Juve peut légitimement prétendre au doublé, en attendant la ½ finale de Copa début mars. En Ligue des Champions, le technicien italien a passé les phases de poule avec difficulté, mais peut là encore espérer quelque chose après que le tirage au sort ait choisi de le confronter à Jürgen Klopp, en déclin total avec les Borussens cette année, lanterne rouge étonnante de leur championnat. Dès lors, pourquoi ne pas rêver jouer les trouble-fête entre les favoris madrilènes, londoniens et bavarois ?

Car il faut reconnaître que Massimiliano propose un jeu plus attrayant que sous Conte. Quand ce dernier ne proposait qu’un 3-5-2 quel que soit l’adversaire, Allegri offre une palette de dispositifs plus conséquente, montrant davantage de sens tactique et d’adaptabilité en fonction de l’adversaire ou des blessures que comptent les rangs bianconero. A ce jour, la Juve ne compte ainsi qu’une seule défaite en championnat et un total étourdissant de 9 buts concédés. De cette manière, le coach turinois s’est forgé la deuxième meilleure défense d’Europe, derrière l’intouchable club bavarois et son gardien en forme de mur de briques. Offensivement, l’italien a décidé de laisser les pleins pouvoirs à l’Apache, déjà auteur de quasiment autant de « rete » que la saison dernière. Il peut également compter sur le beau jeu de tête de l’artificier espagnol, sensiblement complémentaire avec celui de Pirlo. Finalement, bien qu’ayant profité du travail en amont de son prédécesseur Conte, Allegri s’est construit une équipe plus compétitive de par la touche tactique supplémentaire qu’il aura apporté.

Les grands d’Italie n’y sont pas

Si la Juventus semble intouchable cette saison en Série A, c’est donc d’une part que les Bianconeri sont très bien armés, mais aussi à cause des autres grands d’Italie qui n’y arrivent visiblement pas. Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à regarder le classement du championnat italien. Même  si l’Internazionale a réalisé un mercato intéressant avec les arrivées du récent champion du monde Podolski et du phénomène suisse Xherdan Shaqiri mot compte double, les résultats ne s’en font pas sentir pour autant. Les hommes de Mancini pointent pour le moment à une modeste 13èmeplace et montrent de grands signes de dépendance envers leur artificier Icardi, auteur du tiers des buts de son équipe. Quant à leur collègue milanais, il se place à la 8ème position avec 3 points d’avance. Pipo peut féliciter son buteur français Ménez qui semble retrouver le sourire en Italie, après l’avoir perdu dans la capitale française. Sans JM7, on se demande où en serait le Milan, qui a perdu de sa grandeur au fil des saisons.

De son côté, les Napolitains semblent reprendre du poil de la bête depuis quelques temps, laissant seulement échapper des points face à la Juventus il y a peu, mais réalisant un carton plein depuis la mi-décembre. Les hommes de Rafa Benitez peuvent même se targuer d’avoir remporté la supercoupe d’Italie au dépens des Bianconeri. D’un point de vue offensif, les deux anciens madrilènes Higuain et Callejon semblent se plaire dans le talon de la botte, auteurs de 21 pions à eux deux depuis le début de saison, soit plus de la moitié de ceux de son équipe. L’ancien club du Pibe de Oro pourra longtemps regretter son début de saison poussif, qui l’empêche désormais de rivaliser pour le titre de champion d’Italie. 11 points déjà les sépare du leader turinois.

Enfin, la Roma de Rudi Garcia piétine voilà quasiment 2 mois. Enchaînant le partage des points depuis 4 rencontres, cette Roma ne perd pas, mais n’engrange pas (seulement 11 points sur ses 7 derniers matchs). Dans ce contexte, il sera difficile pour elle de revenir sur la Juve, intraitable à domicile comme à l’extérieur. D’autant que le club de la capitale doit encore faire sans son joyau ivoirien Gervinho, toujours en lice pour décrocher le titre de champion de son continent aux côtés de la nouvelle recrue romaine Seydou Doumbia, venu de la Volga pour 15M€ pour admirer le Tibre. Et pour ne rien arranger, le technicien français a annoncé la fin de saison de Kevin Strootman après sa blessure face à la Fiorentina quelques jours auparavant. Enfin, Juan Iturbe sera absent 4 à 6 semaines suite à sa double entorse subie face à Empoli ce weekend. Des atouts offensifs envolés qui risquent de faire la différence dans la course au titre.

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter